Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SUGAR HILL RECORDS

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par et

Lancé en 1979 par des vétérans de l'industrie du disque, Sylvia et Joe Robinson, le label de musiquerap (genre alors nouveau) Sugar Hill Records, basé à Englewood, dans le New Jersey, aux États-Unis, fut baptisé d'après le nom d'un quartier huppé de Harlem et financé par le distributeur de Manhattan Maurice Levy. Sylvia Robinson (née Vanderpool) était arrivée en tête des hit-parades américains en 1957 avec Love Is Strange, duo qu'elle interprétait au côté d'un certain Mickey. Joe Robinson travaillait quant à lui à l'origine dans la promotion. Le couple Robinson avait géré conjointement le label All-Platinum, non sans connaître un certain succès pendant les années 1970.

Chez Sugar Hill, un noyau dur de musiciens de studio, composé par le guitariste Skip McDonald, le bassiste Doug Wimbish, le batteur Keith Leblanc et le percussionniste Ed Fletcher, assure la fascinante session rythmique de la plupart des productions du label, dont trois 33-tours qui allaient marquer l'histoire de ce style plus tard baptisé rap. Le titre Rapper's Delight (1979) de Sugarhill Gang fut ainsi le premier du genre à se hisser dans les quarante premières places du classement américain de pop. The Adventures of Grandmaster Flash on the Wheels of Steel (1981) est quant à lui un poème épique de 15 minutes qui sample des extraits de Good Times (1979) de Chic et introduit le nouveau son du scratch (créé en faisant passer manuellement, en avant et en arrière, l'aiguille sur le vinyle de façon répétée). The Message (1982) de Grandmaster Flash & The Furious Five, évocation de la vie dans les ghettos, montre enfin la capacité du rap à transmettre une critique sociale. Le label Sugar Hill Records disparaîtra en 1986 ; Rhino Records rachètera en 1995 tous ses masters, publiés et non publiés.

— Charlie GILLETT

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Charlie GILLETT. SUGAR HILL RECORDS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Autres références

  • RAP, musique

    • Écrit par
    • 5 833 mots
    • 6 médias
    ...le rap entre dans le show-business en 1979 avec le tube « Rapper’s Delight », signé Sugarhill Gang et produit par Sylvia Robinson, patronne du label Sugarhill Records. Cette productrice a fait entrer en studio trois jeunes Noirs, à la façon d’un boys band, afin qu’ils enregistrent un single reprenant...