STYLISATION, art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme de stylisation, dont l'usage reste souvent fort vague, désignait à l'origine le caractère incisif et précis de la forme imprimée par le stylet.

Les historiens d'art emploient fréquemment le mot pour désigner assez indistinctement toute démarche réductrice ou simplificatrice de la forme en fonction de critères fort variables : tantôt le traitement simplificateur est imposé par le formalisme conceptuel de l'idéogramme ou du schéma, tantôt il est le résultat d'une recherche esthétique de type linéaire. Ces deux aspects de la stylisation en sont les formes extrêmes.

Entre elles se déploient toutes les variations de la représentation qui font de l'histoire de l'art une histoire progressivement réductrice des redondances au profit de la suggestion, de l'élision, en un mot d'une économie. L'essentiel est là : tout usage du terme de stylisation renvoie à une conception économique de l'esthétique, à une évaluation quantitative des stimuli employés. Dans une telle perspective, il semble que cette évaluation trouve ses critères dans une typologie des messages que les œuvres, ou plus généralement les objets, « veulent » émettre.

Dans le cas des simplifications idéographiques, on a affaire à une réduction codifiée des formes qui conduira à l'écriture (cependant, le passage de l'idéogramme à l'alphabet ne saurait être assimilé à un seul processus de stylisation, car au principe de l'économie se joint celui de la combinatoire qui lui est étranger).

C'est une tout autre démarche qui semble présider au dépouillement linéaire des fresques rupestres ou au schématisme des dessins d'enfants. L'hypothèse de E. H. Gombrich, Meditation on a Hobby Horse and Others Essays, Londres, 1961, est séduisante : il voit dans de telles réductions de la représentation à quelques traits essentiels une intention purement fonctionnelle. Si l'enfant chevauche un manche à balai c'est que l'objet investi présente les caractères nécessaires et suffisants à la chevauchée imaginaire qu'il éprouve le besoin d'organiser. Le « primitif » trace les figures du bison [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STYLISATION, art  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les masques »  : […] Les danses des masques sur la place publique à l'occasion des funérailles et des levées de deuil ( dama ) sont les plus spectaculaires et les plus connues des cérémonies rituelles des Dogon. La société des masques ( awa ) est réservée aux hommes. Le mot imina désigne non seulement le masque lui-même mais l'ensemble de son costume, des emblèmes, du rythme et de la danse qui lui sont propres. Les […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 738 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Il nous reste peu d'exemples de la peinture monumentale. L'église d'Aght'amar était aussi somptueusement décorée à l'intérieur qu'à l'extérieur ; le cycle christologique et les portraits des saints qui recouvraient les parois sont conservés en majeure partie, malheureusement les couleurs sont délavées et se détériorent de plus en plus. À Tat'ev, les fragments d'une grande composition du Jugement d […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - La consommation culturelle

  • Écrit par 
  • Pierre BOURDIEU
  •  • 4 054 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'unité du goût : la disposition esthétique dans le système des dispositions »  : […] Le regard pur implique une rupture avec l'attitude ordinaire à l'égard du monde, qui, étant donné les conditions de son accomplissement, est une rupture sociale. On peut croire Ortega y Gasset lorsqu'il attribue à l'art moderne un refus systématique de tout ce qui est « humain », donc générique, commun – par opposition à distinctif, ou distingué –, c'est-à-dire les passions, les émotions, les sent […] Lire la suite

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 799 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caravage, peintre stylisateur »  : […] La Madone des pèlerins , dite aussi La Madone de Lorète (env. 1604, San Agostino, Rome), compte parmi les tableaux les plus bouleversants de Caravage ; quel contraste entre la poignante pauvreté des paysans en prière et la Vierge représentée en élégante dame romaine, entre le riche chambranle d'un palais et le mur de briques mal crépi ! Quelle opposition entre l'attitude si naturelle, si simple d […] Lire la suite

CULTURE D'IFÈ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Laurence GARENNE-MAROT
  •  • 175 mots

Avant 800 Période archaïque. De cette période datent peut-être les monolithes ornés de clous en fer comme le « bâton » d'Oranmiyan, monolithe en gneiss granitique, haut de 6 mètres environ et décoré de clous en fer. 800-1000 Période prépavement. Pièces stylisées en pierre et en terre cuite. 1000-1200 Période des premiers pavements. Les œuvres d'un naturalisme raffiné en terre cuite et en métal, […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Tène »  : […] Le style flamboyant « classique » de la Tène I a . – On n'a pas encore découvert de sculpture gauloise en pierre du v e  siècle. C'est à cette époque qu'apparaît le grand art gaulois de La Tène représenté avant tout par des pièces d'orfèvrerie. D'ailleurs, les premières statues de culte des Gaulois du second âge du fer semblent bien avoir été en feuilles de métal repoussé posées sur une armature […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La période géométrique »  : […] Dès le début de la longue période qu'on qualifie d'âge obscur et qui s'étend de la fin du xii e  jusque vers le viii e  siècle, l'art princier auquel on devait, avec tout leur décor, les palais dont on a trouvé les ruines à Mycènes et dans bien d'autres sites s'éteint complètement ; plus de tombes luxueuses avec leur somptueux mobilier, avec les parures disposées sur le corps de souverains avides […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La genèse et le premier art islamique. L'art des Califes, l'art de l'empire (du VIIe à la fin du IXe s.) »  : […] L'art du premier demi-siècle islamique est mal connu. Mais n'oublions pas que les chefs du nouvel État avaient alors d'autres préoccupations que la création artistique. Aucun vestige matériel n'a subsisté de la maison du Prophète à Médine, la première grande mosquée du monde islamique, dont il est attesté qu'elle n'était qu'une construction modeste mais qui, du point de vue fonctionnel, préfigura […] Lire la suite

MAGDALÉNIEN ART

  • Écrit par 
  • Denis VIALOU
  •  • 1 479 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un imaginaire de l'homme »  : […] Dans le couple qui réunit le figuratif extrême et l'abstrait géométrique, les représentations humaines occupent une place originale et sporadique : des silhouettes, têtes, sexes (généralement des vulves, mais parfois des phallus sculptés) et mains négatives (exclusivement pariétales). Sauf de rarissimes exceptions, comme des représentations humaines gravées sur des dalles calcaires dans la grotte […] Lire la suite

PÄCHT OTTO (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 2 814 mots

Dans le chapitre « Le style comme vision du monde »  : […] À l'inverse, par une approche conceptuelle des faits artistiques mais qui reste fondée sur l'observation directe des œuvres, Otto Pächt parvient à définir les critères de validité pour une enquête objective en histoire de l'art. Il est très éloigné de la synthèse brillante, à la Erwin Panofsky ( Idea , par exemple, publié la première fois à Berlin, en 1924) ou à la Meyer Schapiro ( Style , paru d' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-José MONDZAIN-BAUDINET, « STYLISATION, art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stylisation-art/