ŠTROSMAJER JOSIP JURAJ, ou STROSSMAYER JOSEF GEORG (1815-1905)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prélat croate, partisan de l'idée d'une nation yougoslave et d'un rassemblement des Slaves du Sud. Ordonné prêtre en 1838, professeur de théologie au séminaire de Diakovo en 1840, directeur spirituel au Frintaneum de Vienne en 1847, Štrosmajer fut nommé en 1849, grâce à l'influence du leader croate Jelačić, évêque de Diakovo, dont il fit pour un demi-siècle le centre de la vie religieuse, culturelle et politique de la Croatie. Prélat zélé, il encouragea l'enseignement catholique et les congrégations religieuses dans son diocèse. Champion du nationalisme yougoslave, il devint vite le chef moral de l'opposition à l'oligarchie magyare, militant d'abord pour une restructuration de l'Empire sur une base fédérale, puis évoluant, à partir de 1867, dans le sens d'un regroupement de tous les Slaves du Sud. Il fit de son palais épiscopal un lieu de rendez-vous pour les slavophiles de tous les pays (le philosophe russe Soloviev, notamment, était de ses amis), subventionna journaux et publications sur l'histoire, la littérature et le folklore slaves et contribua largement à la fondation de l'Académie croate des sciences en 1867 et de l'université d'Agram (Zagreb) en 1874. Il chercha à utiliser le prestige qu'il s'acquit de la sorte dans les Balkans, tant auprès des orthodoxes que des catholiques, en faveur de l'autre idéal de sa vie, le retour de l'Orthodoxie à l'Église romaine. C'est pour rendre plus aisé ce rapprochement qu'il encouragea la liturgie glagolitique en vieux slavon et, surtout, qu'il fut, durant le premier concile du Vatican, le plus farouche opposant parmi les pères à un renforcement des prérogatives pontificales (il fut le dernier évêque de la minorité austro-hongroise à souscrire à la définition de l'infaillibilité). Jugé sévèrement à Rome sous Pie IX, il revint en faveur sous Léon XIII, mais le projet de le nommer cardinal se heurta à l'opposition de l'empereur François-Joseph.

—  Roger AUBERT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STROSMAJER JOSIP JURAJ, ou STROSSMAYER JOSEF GEORG (1815-1905)  » est également traité dans :

CROATIE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Ivo FRANGES, 
  • Mladen KOZUL
  •  • 9 188 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Croatie contemporaine »  : […] C'est Napoléon qui va mettre fin provisoirement à cet équilibre. Après avoir défait Venise et l'Autriche, il crée les provinces illyriennes rattachées à l'Empire de 1809 à 1813. La Slovénie, la Dalmatie et une grande partie de la Croatie y sont englobées. Les Français abolissent la féodalité et introduisent le Code civil. Les ferments du nationalisme croate vont commencer à germer. La première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croatie/#i_45942

Pour citer l’article

Roger AUBERT, « ŠTROSMAJER JOSIP JURAJ, ou STROSSMAYER JOSEF GEORG - (1815-1905) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/strosmajer-strossmayer/