STIGMERGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre, stimulus significatif

Au total, les parties de l'édifice successivement construites exercent directement sur l'individu une stimulation spécifique grâce à laquelle le nid non seulement s'édifie, mais affecte une forme à peu près constante et caractéristique de chaque espèce. À cette stimulation par l'œuvre accomplie et concrète on a donné le nom de stigmergie (du grec stigma, piqûre, et ergon, travail ; P.-P. Grassé, 1959).

La réalisation de l'œuvre collective tient non pas à une coordination active des tâches individuelles, mais aux réponses adéquates à des stimuli significatifs qui sont les parties de l'édifice construites d'une manière totalement indépendante les unes des autres par les individus animés de la « pulsion constructive » (tous ne le sont pas).

La notion de stigmergie s'applique aux constructions des Abeilles, des Guêpes et autres Insectes sociaux. Elle montre que l'automatisme ne s'oppose pas à la régulation et à l'adaptation du comportement aux circonstances.

En vérité, le comportement animal ne répond pas à un schéma unique. La théorie objectiviste explique assez bien les conduites qui précèdent l'acte sexuel (encore que le choix des stimuli efficients retenus par l'observateur soit bien souvent arbitraire), mais il ne faut pas lui demander davantage.

La stigmergie explique bien les comportements constructeurs des Insectes sociaux et, semble-t-il, sous bénéfice d'un contrôle expérimental, les comportements nidificateurs d'animaux solitaires, en particulier les Guêpes prédatrices qui paralysent des proies, enfermées dans un terrier, et sur lesquelles elles déposent un œuf. La stigmergie, jusqu'ici, ne paraît convenir qu'aux comportements créateurs d'objets concrets. Elle délivre la psychologie animale des notions de discernement, de plan, etc.

Le système régulateur qu'elle a révélé tient beaucoup moins à des causes actuelles qu'à l'acquisition génétique de réactions exactement adaptées à des stimuli hautement significatifs. Le problème de la genèse d'un tel système, de ses tenants et aboutissants relève du mécanisme même de l'évolution, mécanis [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur de zoo-logie à la faculté des sciences de Paris.

Classification


Autres références

«  STIGMERGIE  » est également traité dans :

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Termitières »  : […] Les termites sont probablement les constructeurs les plus acharnés de tout le règne animal et ceux qui fabriquent les édifices les plus imposants : certaines termitières géantes d'Afrique sont assez vastes pour qu'un village s'établisse sur leurs pentes ! Les nids sont aussi les plus complexes de tous ; certains présentent une structure si régulière et si complexe qu'on les croirait sortis de la […] Lire la suite

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 394 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Auto-organisation et histoire évolutive »  : […] Comme la compétition, la coopération peut produire des structures complexes par des règles de comportement élémentaires, c'est ce que l'on nomme l'auto-organisation. Le simple fait que l'action d'un individu induise la même action chez un congénère explique une part significative de la construction des nids chez les insectes sociaux. Chez les termites, le dépôt par un individu d'une boulette de t […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul GRASSÉ, « STIGMERGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stigmergie/