SPORTL'année 2012

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Andrés Iniesta, 2012

Andrés Iniesta, 2012
Crédits : sampics/ Corbis/ Getty Images

photographie

Sebastian Vettel et Fernando Alonso, 2012

Sebastian Vettel et Fernando Alonso, 2012
Crédits : Lars Baron/ Getty Images

photographie


Formule 1 : le talent de Vettel et d'Alonso

L'Allemand Sebastian Vettel est devenu champion du monde de formule 1 pour la troisième fois consécutivement – un exploit que seuls l'Argentin Juan Manuel Fangio et l'Allemand Michael Schumacher avaient réalisé –, à l'issue d'une saison passionnante et fertile en rebondissements, devant l'Espagnol Fernando Alonso, battu de peu (281 points contre 278), remarquable. Il apparut très vite que ce soixante-troisième Championnat du monde serait totalement différent du précédent. En effet, Red Bull eut des difficultés à s'adapter au nouveau règlement technique, et cette écurie ne fut pas en mesure de proposer une monoplace aussi performante que la précédente à ses pilotes. En fait, on assista à un réel nivellement des valeurs en début de saison : ainsi, les sept premiers grands prix de l'année ont été remportés par sept pilotes différents – du jamais vu.

Sebastian Vettel et Fernando Alonso, 2012

Sebastian Vettel et Fernando Alonso, 2012

Photographie

Sebastian Vettel (à gauche) et Fernando Alonso (à droite), sur le podium du Grand Prix d’Allemagne, à Hockenheim, le 22 juillet 2012. Ce jour-là, l’Espagnol s’est imposé devant l’Allemand (qui sera par la suite rétrogradé à la cinquième place). Les deux hommes ont brillé toute la... 

Crédits : Lars Baron/ Getty Images

Afficher

Fernando Alonso, de son côté, devait se satisfaire d'une Ferrari 056 mal née, laquelle, en théorie, ne pouvait pas lui permettre de se distinguer. Or l'Espagnol sut tirer la quintessence – et plus encore – de cette monoplace : son pilotage parfait, sa science de la course, sa volonté de fer lui ont permis d'être constamment aux avant-postes, et même de faire figure de probable futur champion du monde à la mi-saison : après dix des vingt grands prix, il était un solide leader, comptant 40 points d'avance sur son dauphin, l'Australien Mark Webber, et 44 sur Sebastian Vettel. Mais Vettel reprit la main : il remporta quatre grands prix consécutivement, et se propulsa en tête du classement. Le titre se joua lors de la dernière course de l'année, le Grand Prix du Brésil, à Interlagos. Comptant 13 points d'avance sur Alonso, Vettel pensait pouvoir « gérer » cette course ; mais il n'en fut rien, car, victime d'un accrochage au départ, il se retrouva bon dernier... Alonso, parfait, se classa deuxième (18 points), mais Vettel, tenace, réussit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT - L'année 2012 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2012/