LOUYS SPIRIDON (1873-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tous les quatre ans, à l'occasion des jeux Olympiques d'été, le nom de Spiridon Louys est évoqué dans les médias. Ce modeste berger grec fut en effet l'inattendu vainqueur du premier marathon des Jeux de l'ère moderne, en 1896.

Spiridon Louys

Spiridon Louys

photographie

Photographie colorisée de Spiridon Louys. Ce modeste berger grec remporta le marathon des jeux Olympiques d'Athènes, en 1896. Grâce à cet exploit, il devint, du jour au lendemain ou presque, un héros national. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Si le programme des Jeux de la Grèce antique ne comportait aucune course de plus de 5 kilomètres, le marathon fut l'épreuve reine des premiers jeux Olympiques modernes, à Athènes. Rappelons que le marathon fut imaginé par le philologue français Michel Bréal pour célébrer la mémoire de Philipiddès, le messager qui, selon la légende et Hérodote, se serait écroulé mort de fatigue après avoir couru de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire des Grecs sur les Perses lors de la bataille de Marathon en 490 avant J.-C.

Les origines de Spiridon Louys sont incertaines. Il serait né le 12 janvier 1873 dans le village de Maroussi. Il fut sans doute berger, puis porteur d'eau, et montra ses talents de coureur à pied durant son service militaire. Ce serait le colonel de son régiment qui aurait insisté pour que Spiridon Louys soit sélectionné pour disputer le marathon des Jeux. Toujours est-il que Spiridon Louys est l'un des vingt-cinq hommes qui s'élancent de Marathon, le 10 avril 1896, pour une course d'une quarantaine de kilomètres jusqu'au stade Panathénaïque d'Athènes. Vers le trentième kilomètre, il se porte en tête d'une épreuve jusque-là menée par le Français Albin Lermusiaux. Après 2 heures 58 minutes et 50 secondes d'effort, il remporte le marathon, avec plus de 7 minutes d'avance sur son compatriote Kharilaos Vasilakos, deuxième, et le Hongrois Gyula Kellner, troisième. Quand Louys pénétra dans le stade Panathénaïque, il fut accueilli par l'ovation du public. Le roi Georges Ier et le prince héritier Constantin le rejoignirent pour son dernier tour de piste.

La médaille d'or de Louys le rendit extrêmement populaire. Devenu le symbole des Jeux modernes, il fut le porte-drapeau de la délégation grecque à l'occasion des Jeux de Berlin en 1936.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LOUYS SPIRIDON (1873-1940)  » est également traité dans :

ATHÈNES (JEUX OLYMPIQUES D') [1896] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre « 10 avril »  : […] Doublé fraternel au revolver d'ordonnance à 25 mètres : le capitaine d'infanterie John Paine (États-Unis) devance son frère Sumner Paine. Les deux dernières épreuves de gymnastique se déroulent ce jour. Alfred Flatow devance Louis Zutter aux barres parallèles. Les Grecs Nicolaos Andriakopoulos et Thomas Xenakis se montrent tellement supérieurs dans l'épreuve de corde lisse que la plupart de leurs […] Lire la suite

MARATHON, sport

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 454 mots
  •  • 2 médias

Drames, défaillances, triomphes, tricheries : chaque marathon olympique peut réunir tous les ingrédients d'une épopée, d'une tragédie. Mais, aujourd'hui, le marathon est également l'occasion, pour des milliers de passionnés, de se confronter avec soi-même, d'aller au bout de ses limites physiques, de dépasser sa souffrance . La plupart des grandes métropoles organisent ces « marathons de masse », […] Lire la suite

Pour citer l’article

« LOUYS SPIRIDON - (1873-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spiridon-louys/