SOJOURNER TRUTH (1797 env.-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évangéliste et réformatrice noire américaine, Sojourner Truth mit sa ferveur religieuse au service de l'abolitionnisme et du mouvement pour les droits des femmes. Fille d'esclaves parlant le néerlandais, Sojourner Truth, de son vrai nom Isabella, naît vers 1797 dans le comté d'Ulster, dans l'État de New York. Elle passe son enfance au service de plusieurs maîtres qui, la considérant comme un simple bien, ne cessent d'abuser d'elle. Entre 1810 et 1827, elle donnera au moins cinq enfants à un autre esclave répondant au nom de Thomas. Juste avant que l'État de New York abolisse l'esclavage en 1827, elle trouve refuge auprès d'Isaac Van Wagener, qui l'affranchit, et adopte son nom de famille. Avec l'aide d'amis quakers, elle se lance dans une bataille juridique pour récupérer son plus jeune fils, vendu illégalement en esclavage dans le Sud. Vers 1829, Isabella Van Wagener se rend à New York avec les deux benjamins et gagne sa vie en tant qu'employée de maison.

Depuis son enfance, Isabella a des visions et entend des voix, qu'elle attribue à Dieu. Arrivée à New York, elle se lie avec un missionnaire zélé, Elijah Pierson. Rejoignant la Retrenchment Society que ce dernier a fondée, elle multiplie les œuvres caritatives et prêche dans la rue, avant de s'installer chez Pierson.

En 1843, elle quitte New York et prend le nom de Sojourner Truth, le seul qu'elle utilisera désormais. Obéissant à un appel surnaturel à « sillonner le pays », elle chante, prêche et anime des débats lors de rassemblements religieux, dans des églises, dans les rues, exhortant son auditoire à accepter le message biblique de la bonté divine et la fraternité des hommes. La même année, elle découvre le mouvement abolitionniste dans une communauté utopiste de Northampton, dans le Massachusetts, et sera dès lors l'une de ses porte-parole dans tout l'État. En 1850, elle voyage dans tout le Midwest, où elle attire les foules grâce à la réputation qui la précède. Elle gagne sa vie en vendant les exemplaires de ses Mémoires, Narrative of Sojourner Truth, qu'elle a dictés à Olive Gilbert.

Faisant la connaissance du mouvement pour les droits des femmes au début des années 1850 et encouragée par d'autres femmes d'influence, comme Lucretia Mott, elle continuera à faire des interventions lors de rassemblements suffragistes jusqu'à la fin de sa vie.

Durant la décennie 1850, Sojourner Truth s'installe à Battle Creek, dans le Michigan. Au début de la guerre de Sécession, elle réunit des provisions pour les régiments de soldats noirs volontaires et, en 1864, se rend à Washington, où elle aide à mettre en pratique l'intégration raciale dans les tramways. Lors de ce séjour, elle sera reçue à la Maison-Blanche par le président Abraham Lincoln. La même année, elle accepte le poste que lui propose la National Freedmen's Relief Association, consistant à conseiller les anciens esclaves, en particulier en matière de déplacement. Jusqu'à la fin des années 1870, elle encouragera les affranchis à migrer vers le Kansas et le Missouri. En 1875, elle se retire dans sa maison de Battle Creek, où elle demeurera jusqu'à sa mort, le 26 novembre 1883.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« SOJOURNER TRUTH (1797 env.-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sojourner-truth/