SŌDŌMEI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Centrale syndicale la plus ancienne du Japon. L'allégeance traditionnelle de la Sōdōmei à l'aile droite du mouvement ouvrier lui fit perdre peu à peu de son importance, surtout après la Seconde Guerre mondiale, au bénéfice des deux nouvelles centrales nationales : Sōhyō, fondée en 1951, qui regroupe principalement les travailleurs de la fonction et des entreprises publiques, et Zenrō, formée en 1954 à la suite d'une nouvelle scission de la Sōdōmei.

Ce qui caractérise la longue histoire de la Sōdōmei, ou Fédération générale des syndicats ouvriers du Japon, c'est en effet la multiplicité de ses éclatements, provoqués par les éléments de gauche du syndicat, qui entendaient se désolidariser de la politique d'harmonisation du travail et du capital suivie par la Sōdōmei depuis l'époque où elle n'était encore que la Yūaikai ou Société fraternelle, association de camaraderie et d'entraide des ouvriers, fondée en 1912 par Suzuki Bunji. La Yūaikai se proposait de régler à l'amiable les conflits entre ouvriers et patrons. Mais, par la suite, les ouvriers, ne réussissant pas à organiser un nouveau syndicat, lui demandèrent son aide. C'est ainsi qu'ayant changé de nom et d'orientation au moins par rapport à sa vocation initiale, elle comptait, dès 1918, 30 000 adhérents et 120 centres régionaux. Cependant, minée par la grande querelle idéologique qui opposa bolcheviks et anarchistes, la Yūaikai, devenue en 1921 Nihon rōdōkumiai sōdōmei ou Sōdōmei, eut jusqu'à la Seconde Guerre mondiale une existence très mouvementée puisqu'elle fut marquée par cinq scissions ; après sa dissolution forcée pendant la durée de la guerre, comme elle était toujours obstinément attachée à la non-politisation, la Sōdōmei perdit peu à peu de son influence, et son prestige est principalement dû à son rôle de pionnier des centrales syndicales du Japon.

—  Catherine CADOU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SODOMEI  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le deuxième mouvement de sauvegarde de la Constitution »  : […] Le marasme, cependant, continuait. Les syndicats s'organisaient peu à peu – la Sōdōmei, C.G.T. japonaise, en 1921 –, mais ne pouvaient espérer l'amélioration de la condition ouvrière sans la solution de la crise économique et ne trouvaient aucun porte-parole parmi les partis légaux. Le premier Parti communiste fut créé en 1922, puis écrasé, dès qu'il fut découvert, l'année suivante. Et ce fut la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_44545

SUZUKI BUNJI (1885-1946)

  • Écrit par 
  • Catherine CADOU
  •  • 414 mots

Militant du mouvement syndicaliste ouvrier et fondateur de la Société fraternelle, Suzuki Bunji a jeté les bases du syndicalisme au Japon. Ayant fait des études de droit tout en travaillant, Bunji se convertit au christianisme, et c'est à travers sa collaboration à une revue religieuse qu'il se tourne vers le socialisme et devient journaliste. En 1911, il organise le Groupe d'études des vagabonds […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suzuki-bunji/#i_44545

Pour citer l’article

Catherine CADOU, « SŌDŌMEI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodomei/