Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

Organisation de l'espace construit, organisation sociale

Maison du niveau II/W, Jerf el Ahmar, Syrie

Maison du niveau II/W, Jerf el Ahmar, Syrie

Le passage des maisons rondes aux maisons rectangulaires date du début du IXe millénaire. Pour la première fois à Jerf el Ahmar, où se succèdent douze villages, documentés par 65 maisons fouillées, cette évolution a été reconstituée en détail, étape par étape. Au terme de cette transformation, aucun des modèles anciens n'a été abandonné et l'on constate une grande variété de formes et de dimensions dans la construction des habitations.

Village II/W, Jerf el Ahmar, Syrie

Village II/W, Jerf el Ahmar, Syrie

Un des principaux apports de ce site est d'avoir permis de découvrir que les sociétés de l'époque géraient déjà collectivement leur espace construit. Les villages de la fin de l'occupation du site, notamment, s'organisaient tous autour d'un bâtiment communautaire. L'un de ces villages, composé de onze maisons au moins, était disposé sur quatre terrasses surplombant un bâtiment communautaire enterré. Un autre village, un peu plus tardif, est édifié sur une seule terrasse ; construit en arc de cercle, il entoure le bâtiment communautaire.

Les bâtiments collectifs, circulaires et très grands, sont toujours totalement enterrés ; ils sont de deux types. Les plus anciens comportent des subdivisions intérieures, établies régulièrement selon une géométrie rayonnante. Six petites cellules radiales s'opposent ainsi à deux banquettes. Au centre exact de la construction, se trouve un petit espace polygonal vide. Dans l'un de ces bâtiments, détruit par un incendie, gisait, sur le sol de la pièce centrale, un squelette aux bras et jambes écartés dont le crâne avait été prélevé. Il semble que ce type de bâtiment ait joué, pour l'ensemble de la communauté, plusieurs rôles : lieu de stockage collectif des récoltes (dans les petites cellules), lieu de réunions, célébrations comme en témoigne peut-être ce squelette bien particulier (sacrifié ?) qui semble avoir eu, pour sépulture, le bâtiment détruit tout entier. Les bâtiments collectifs les plus récents montrent que leur fonction avait évolué vers une spécialisation annonçant les premiers lieux de cultes (attestés dans le sud de la Turquie dès le P.P.N.B. ancien). Toujours ronds et enterrés, ils ne sont plus subdivisés. Seule une grande banquette en ceinture l'espace intérieur. Ornée, sur le devant, de dalles verticales gravées de triangles en champlevé, elle forme un hexagone équilatéral dont les angles sont marqués par des piliers en bois enduits de terre et ornés. On a là le vestige le plus ancien d'un lieu de réunion doté d'une signification sociale et symbolique.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de la mission permanente El Kowm (ministère des Affaires étrangères)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin

Emplacement de la zone de sauvetage du barrage du Tishrin

Zone de sauvetage du Tishrin, Syrie du Nord

Zone de sauvetage du Tishrin, Syrie du Nord

Maison du niveau II/W, Jerf el Ahmar, Syrie

Maison du niveau II/W, Jerf el Ahmar, Syrie

Voir aussi