VAN DER MEER SIMON (1925-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 24 novembre 1925 à La Haye (Pays-Bas), Simon Van der Meer est le fils d'un instituteur originaire de la Frise. Les universités néerlandaises ayant été fermées par les occupants nazis en 1943, Van der Meer ajouta à son cursus lycéen scientifique deux années de services en électronique dans sa ville de La Haye avant de suivre, à partir de 1945, les cours de physique appliquée de l'université de Delft. Ingénieur diplômé en 1952, il travailla aux laboratoires Philips d'Eindhoven sur des projets d'équipements haute tension ainsi que sur le développement des microscopes électroniques.

Engagé en 1956 au C.E.R.N. de Genève (le Conseil européen pour la recherche nucléaire, devenu depuis lors Laboratoire européen de physique des particules), il participa à la réalisation technique des différents accélérateurs de particules jusqu'à sa retraite en 1990. De 1967 à 1976, il y fut responsable du fonctionnement des aimants des premiers anneaux de collisions proton-proton (les I.S.R., Intersecting Storage Rings) puis du grand synchrotron de 400 GeV (le S.P.S., Super Proton Synchrotron). Lorsque Carlo Rubbia proposa de transformer le S.P.S. en collisionneur proton-antiproton, Van der Meer put développer ses idées originales permettant de regrouper spatialement et cinématiquement les antiprotons afin de pouvoir les injecter dans l'anneau accélérateur. Cette technique, dite du refroidissement stochastique, consiste à mesurer, par induction électrique, la distribution spatiale des charges électriques d'un paquet de particules circulant dans un petit anneau intermédiaire puis à appliquer des champs magnétiques correcteurs par des générateurs d'impulsion distribués autour de cet anneau ; les particules s'écartant de la trajectoire idéale y sont ainsi renvoyées. Rendue possible par l'utilisation d'une électronique rapide et élaborée, cette technique permit la réalisation d'un faisceau contenant des paquets de quelque cent milliards d'antiprotons et, par là, la concrétisation, en 1981, de l'ambitieux projet de Rubbia.

La découverte en 1983 des bosons W et Z médiateurs de l'interaction électrofaible vint couronner la conjonction d'un travail technique de production et d'accélération de faisceaux intenses et d'une recherche expérimentale mettant en œuvre des ensembles de détection sophistiqués. Elle fut récompensée par le prix Nobel de physique, attribué en 1984 à Van der Meer et Rubbia.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  VAN DER MEER SIMON (1925-2011)  » est également traité dans :

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière en laboratoire »  : […] Les particules de l'espace interplanétaire arrivant dans l'atmosphère y subissent des collisions et modifient ainsi l'énergie des particules qu'elles rencontrent. Si leur vitesse est suffisante, elles peuvent créer des paires électron- positon au cours de ces chocs, en libérant leur énergie cinétique. Ce sont les positons créés par ce processus qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimatiere/#i_3324

DÉCOUVERTE DES BOSONS W ET Z

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 157 mots

La découverte des bosons W et du boson Z en 1983 au collisionneur proton-antiproton du Cern confirme la théorie électrofaible de Sheldon Glashow, Steven Weinberg et Abdus Salam. Cette découverte a été rendu possible par la mise au point au Cern de Genève d'un intense faisceau d'antiprotons grâce à une technique originale inventée par Simon Van der […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-des-bosons-w-et-z/#i_3324

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « VAN DER MEER SIMON - (1925-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-van-der-meer/