Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SILHAK

L'influence de l'école chinoise du kaozheng xue (méthode d'examen critique des textes classiques) se manifeste, en Corée, par la naissance, au début du xviie siècle, du Sil-hak (science du réel), qui s'oppose à la tradition confucéenne, principale cause de l'immobilisme social et économique de la Corée sous la dynastie des Li (Li Ogg, Histoire de la Corée, Paris, 1969).

C'est dans un esprit à la fois pragmatique et encyclopédique que les initiateurs de cette école coréenne entreprennent leurs études pour critiquer la stagnation sociale et revendiquer les réformes nécessaires. Cet esprit se manifeste clairement dans le Dji-bong yu-sǒl (Miscellanea de Dji-bong, 1614) de Li Su-gwang (1563-1628), le Pan-gye su-rok (Œuvres choisies de Pan-gye ; éd. posthume, 1770) de Yu Hyǒng-wǒn (1622-1673), le Sǒng-ho sä-sǒl (Commentaires de Sǒng-ho, déb. xviiie s.) de Li Ik (1681-1763). Les idées de ces trois auteurs sont encore mieux développées chez Djǒng Yak-yong (alias Ta-san, 1762-1836) dont nous pouvons citer le Kyǒng-se yu-p'o (Modèles d'institutions et de rites, déb. xixe s.) et le Mok-min sim-sǒ (Maximes pour l'administration, déb. xixe s.).

C'est à l'influence du Sil-hak que la Renaissance coréenne du xviie et du xviiie siècle doit d'être marquée d'un progrès extraordinaire dans les études et dans la production littéraires. Nombreux sont alors les ouvrages historiques, géographiques, linguistiques qui manifestent le désir de ne plus s'identifier à la civilisation chinoise, mais de jouir de la liberté de conscience et de découvrir l'identité nationale de la civilisation coréenne. Ces nouvelles tendances apparaissent de la façon la plus nette dans la littérature coréenne : pour la première fois dans l'histoire de celle-ci, les écrivains de romans rédigent alors leurs ouvrages en coréen parlé en vue d'amuser, mais aussi d'inspirer au peuple des idées critiques et réformatrices.

— Ogg LI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CORÉE - Histoire

    • Écrit par Universalis, Jin-Mieung LI, Ogg LI, Madeleine PAUL-DAVID
    • 6 282 mots
    • 13 médias
    Peu avant cet événement, les savants coréens, initiés à l'école chinoise dite de kao-tcheng-hiö, représentée notamment par Gu Yanwu (1613-1682), commencèrent à former une secte appelée shilhak ou « science du réel », faisant preuve de pragmatisme utilitaire, d'encyclopédisme et d'esprit...
  • CORÉE - Littérature

    • Écrit par Ogg LI, Marc ORANGE, Martine PROST
    • 9 648 mots
    ...savants comme Yi Sugwang (1563-1628), Yu Hyŏngwŏn (1622-1673), Yi Ik (1681-1763), Chŏng Yagyong (alias Tasan, 1762-1863), défenseurs des principes du silhak (études du réel), tentèrent de réduire l'influence des conceptions confucéennes, cause principale, à leurs yeux, de la stagnation de la société...
  • KYUN (1569-1618)

    • Écrit par Ogg LI
    • 204 mots

    Ayant réussi au kwa-gǒ, concours pour le recrutement des fonctionnaires civils (1594), puis au djung-si, examen pour la promotion spéciale (1597), Hǒ Kyun occupe d'importantes fonctions : précepteur du prince héritier, gouverneur régional, ambassadeur à la cour impériale chinoise. Au cours de sa...

Voir aussi