SHŌEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au Japon, domaine jouissant d'une exemption fiscale, totale ou partielle. Dès le ixe siècle, temples et grands ne cessent de solliciter des exemptions auprès du ministère des Affaires suprêmes, notamment pour les terres qu'ils font défricher et qui, selon la loi, ne font pas partie des rizières sujettes à redistribution périodique. Ces exemptions concernent d'abord la taxe en riz, la moins lourde, puis les taxes en nature et enfin les corvées. À la limite, les habitants du domaine ne paient plus du tout d'impôts à la cour. Pour éviter toute contestation, toute manifestation de zèle de fonctionnaires locaux, les maîtres des domaines en viennent à se faire concéder des immunités. Au cours du xie et du xiie siècle, les domaines s'étendent sur la majeure partie du pays et les portions restées sous le contrôle des fonctionnaires finissent par être organisées sur le modèle domanial. Cette structure est caractérisée par la multiplicité des droits sur une même terre, car il arrive fréquemment que, pour se faire garantir une exemption, un notable local fasse remise de la terre qu'il contrôle à un fonctionnaire de la cour, moyennant partage des fruits et des droits d'administration ; ce dernier peut à son tour chercher une garantie auprès d'un haut dignitaire ou d'un prince impérial. Les temples, la haute aristocratie, seigneurs éminents de quantité de domaines, se constituent ainsi des revenus, sans toujours conserver les droits d'administration directe. Dans le domaine proprement dit, dont la superficie est fort variable (de quelques hectares à plusieurs centaines d'hectares), des officiers domaniaux, notables locaux ou gens envoyés par le seigneur éminent, administrent et lèvent les taxes dont sont responsables des « maîtres de lots dénommés » (myōshu) disposant du droit de vendre ou de partager leur lot. Certains travaillent eux-mêmes leurs rizières avec le concours de leur famille et de domestiques ; d'autres, plus richement pourvus, font travailler des sous-tenanciers à la condition plus précaire. La cour, en dépit de quelques tentatives, ne cherche pas réellement à s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à l'Institut national des langues et civilisations orientales, professeur délégué

Classification

Autres références

«  SHOEN  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique. L'Angleterre, face à l'Europe […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francine HÉRAIL, « SHŌEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/shoen/