PERTINI SANDRO (1896-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République italienne de 1978 à 1985. Né le 25 septembre 1896 à Stella San Giovanni près de Savone (Ligurie), licencié en droit et en science politique, Sandro Pertini, de son vrai nom Alessandro Pertini, s'inscrit en 1918 au Parti socialiste où il milite dans l'aile réformiste de Filippo Turati. Opposant de la première heure au fascisme, il est arrêté en 1925 et condamné à huit mois de prison. En 1927, il s'enfuit en France, accompagnant Filippo Turati dont il a organisé l'évasion d'une prison fasciste. À Nice, le jeune avocat italien mène la dure vie des exilés politiques, contraint pour vivre d'exercer divers métiers manuels : maçon, peintre en bâtiment, laveur de voitures. Rentré clandestinement en Italie en 1929, il est vite arrêté et condamné à onze ans de réclusion. Délivré par la chute de Mussolini, il participe activement à la Résistance en Italie du Nord. À la Libération, sa carrière politique s'annonce brillante. Dans le Parti socialiste, il occupe les positions les plus élevées : secrétaire général d'avril à décembre 1945, secrétaire général adjoint de 1946 à 1955.

Mais son individualisme et son caractère intransigeant le marginalisent peu à peu, car il n'est ni un leader capable de médiation entre les différentes tendances ni un puissant chef de courant.

Passionnément attaché à la fois à l'unité du mouvement ouvrier et à l'autonomie socialiste, il s'est successivement opposé à tous les dirigeants de son parti qui lui paraissaient négliger l'un ou l'autre de ces deux principes. Au nom de l'unité, il s'est d'abord heurté à Filippo Turati en 1929 en se prononçant contre le fait d'exclure de la Concentration démocratique antifasciste les communistes alors engagés dans une violente campagne à l'égard des « social-traîtres ». Pour les mêmes raisons, il condamne en 1947 la scission de Giuseppe Saragat qui refuse la politique trop unitaire du parti, et, dans les années 1980, prend ses distances à 1'égard de Bettino Craxi jugé trop agressivement anticom [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PERTINI SANDRO (1896-1990)  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les difficiles rapports P.S.I.-D.C. »  : […] Tant qu'elle est sous le coup de la défaite de 1983, la D.C. ne peut que subir une situation qui l'exclut, au profit des socialistes, des deux principaux centres de pouvoir, la présidence de la République, occupée depuis 1978 par le très populaire Sandro Pertini, et la présidence du Conseil. Mais l'encouragement apporté par les premiers tests électoraux ravive la prétention du parti le plus fort […] Lire la suite

Les derniers événements

Italie. Désignation de Francesco Cossiga à la présidence de la République. 24 juin 1985

Députés et sénateurs italiens, auxquels se joignent cinquante-huit délégués régionaux, se réunissent à Rome pour désigner un successeur au président socialiste sortant, Sandro Pertini, dont le mandat s'achève le 8 juillet. Pour la première fois depuis 1946, c'est dès le premier tour de scrutin […] Lire la suite

Italie. Attentat contre le train Naples-Milan. 23 décembre 1984

Une bombe explose à bord du train reliant Naples à Milan alors que celui-ci se trouve à l'intérieur du tunnel de Sambro, au nord de Florence. Au terme de difficiles opérations de secours, on dénombre quinze morts et cent seize blessés. Sandro Pertini, président de la République, se rend au chevet […] Lire la suite

Italie. Mort d'Enrico Berlinguer. 7-26 juin 1984

Le 7, Enrico Berlinguer, secrétaire général du P.C.I., est frappé d'une hémorragie cérébrale à l'issue d'une réunion électorale, à Padoue. L'émotion est vive dans tout le pays. Le président de la République, Sandro Pertini, se rend au chevet du malade. La classe politique, toutes opinions […] Lire la suite

Italie – France. Visite du président Sandro Pertini à Paris. 5-9 juillet 1982

Le 5, Sandro Pertini, président de la République italienne, arrive à Paris pour une visite officielle de deux jours. Il s'entretient avec François Mitterrand et est reçu à l'Hôtel de Ville de Paris par Jacques Chirac, et à l'hôtel de Lassay par Louis Mermaz, président de l'Assemblée nationale […] Lire la suite

États-Unis – Europe. Premier voyage en Europe du président Ronald Reagan. 2-11 juin 1982

et Jacques Chirac lui donnent l'occasion de réaffirmer l'amitié franco-américaine. Le 7, le président américain se trouve à Rome où il s'entretient avec le chef de l'État italien, Sandro Pertini, et où il est reçu, au Vatican, par le pape Jean-Paul II. Le thème de la paix se trouve au centre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Geneviève BIBES, « PERTINI SANDRO - (1896-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-pertini/