SÁNCHEZ COTÁN fray JUAN (1560-1627)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Orgaz, une bourgade des monts de Tolède, Sánchez Cotán étudia la peinture avec le Tolédan Blas del Prado. Cet artiste, de tradition maniériste, était surtout apprécié comme peintre de fleurs.

En 1603, la quarantaine passée, Sánchez Cotán entre chez les chartreux. Apparemment, cette vocation n'est pas la conséquence d'une crise intérieure, mais l'épanouissement d'une piété profonde. Elle n'établit pas de rupture dans une création artistique qui se poursuit dans l'isolement monastique. Simplement, le peintre s'adonne désormais à peu près exclusivement à l'art religieux.

On le trouve successivement à Grenade et au Paular, le puissant monastère installé dans la solitude de la sierra de Guadarrama, puis à nouveau à Grenade. Il ne quittera plus cette dernière maison jusqu'à sa mort. Il y peint une série de scènes de la vie du Christ pour l'église et le réfectoire, et une véritable chronique de l'ordre des Chartreux pour les galeries du cloître et les salles voisines.

Ces toiles manifestent, d'une manière souvent cruelle, les limites de son art. Peu apte à créer des formes, il s'applique à répéter des attitudes apprises. Ses paysages s'inspirent de gravures septentrionales. Sa gamme claire et douce manque d'accent. Cependant, dans des compositions simples, on voit parfois se glisser des éléments empruntés à la vie quotidienne et traités avec amour. C'est notamment le cas pour Le Repos pendant la fuite en Égypte, où un fromage prêt à être taillé voisine avec un morceau de pain sur une belle nappe blanche.

Ces natures mortes introduites dans des scènes religieuses évoquent d'autres natures mortes, formant à elles seules l'objet d'un tableau, les célèbres bodegones de Sánchez Cotán, que le xxe siècle a redécouverts avec émerveillement après les expositions des Floreros y bodegones en la pintura española (Madrid, 1935) et de La Nature morte de l'Antiquité à nos jours (Paris, 1952).

Bodegone, Juan Sánchez Cotán

Bodegone, Juan Sánchez Cotán

Photographie

Bodegone de l'Espagnol fray Juan Sánchez Cotán (1560-1627). San Diego Museum of Art, États-Unis. 

Crédits : Don de Anne R. et Amy Putnam, Bridgeman Images

Afficher

Ici règne un ténébrisme très rarement présent dans la peinture religieuse de Sánchez Cotán. Les objets dispo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  SÁNCHEZ COTÁN fray JUAN (1560-1627)  » est également traité dans :

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Italie et l'Espagne : réalisme et mysticisme »  : […] Avant même que la formule nordique de la table servie ne fasse l'objet en Italie d'interprétations dépouillées chez Lodovico de Susio et Fede Galizia notamment, le jeune Caravage, avec la Corbeille de fruits de l'Ambrosienne de Milan (vers 1596), atteint un point d'équilibre entre précision descriptive, force plastique, justesse chromatique et sen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_80068

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « SÁNCHEZ COTÁN fray JUAN - (1560-1627) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanchez-cotan-fray-juan/