SHEPARD SAM (1943-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dramaturge et acteur américain, Samuel Shepard Rogers est né le 5 novembre 1943 à Fort Sheridan, dans l'Illinois.

Fils d'un officier de l'armée de l’air, il passe son enfance sur plusieurs bases militaires des États-Unis et à Guam avant que sa famille s'installe dans une ferme à Duarte en Californie. Il étudie l'agronomie à l'université pendant un an, puis rejoint une troupe de théâtre itinérante et s'installe à New York en 1963. Ses premières pièces, nombreuses et courtes (un seul acte), reçoivent un accueil favorable de la part du public des productions expérimentales « off off Broadway ». Pendant la saison 1965-1966, il reçoit le prix Obie (décerné par le journal Village Voice) pour ses pièces Chicago, Icarus's Mother (La Mère d'Icare) et Red Cross.

Sam Shepard vit en Angleterre entre 1971 et 1974. Il y écrit deux pièces remarquables, The Tooth of Crime (1972, La Dent du crime) et Geography of a Horse Dreamer (1974), qui sont créées à Londres. À la fin de 1974, il devient écrivain en résidence au Magic Theater de San Francisco, où la plupart de ses pièces suivantes seront créées.

Au milieu des années 1970, Sam Shepard affine sa technique littéraire et approfondit ses premiers thèmes. Ainsi, dans Killer's Head (1975), le monologue décousu, formule chère à l'auteur, mêle l'horreur à la banalité dans les dernières pensées d'un meurtrier condamné à la chaise électrique. Angel City (1976, Angel City) décrit le mécanisme destructeur de Hollywood. Enfin, Suicide in B-Flat (1976) explore le potentiel de la musique à exprimer la personnalité.

À partir de la fin des années 1970, il applique sa vision peu conventionnelle à une forme plus classique, la tragédie familiale. Les pièces Curse of the Starving Class (1976, Californie, paradis des morts de faim), Buried Child (1978, L'Enfant enfoui) – qui lui vaut le prix Pulitzer –, et True West (1980, L'Ouest, le vrai) traitent toutes de familles aux relations agitées et houleuses vivant dans une société fragmentée.

Les prestations au cinéma de Sam Shepard vont attirer l’attention d’un public n [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  SHEPARD SAM (1943-2017)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un nouveau classicisme ? »  : […] La volonté de reconstruire avec ironie le réel à partir de l'irréel a inspiré un théâtre des images qui a permis aux grands metteurs en scène d'exprimer leur vision sur les plateaux du monde entier. C'est en premier lieu le cas du texan Robert Wilson, qui a d'abord étudié l'architecture puis la peinture, avant de s'intéresser aux thérapies corpore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_50397

Pour citer l’article

« SHEPARD SAM - (1943-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sam-shepard/