POL POT SALOTH SAR dit (1928-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque la radio khmère rouge annonça que Pol Pot venait de « crever » de vieillesse le 15 avril 1998 à Sahook, la nouvelle eut d'autant plus d'impact que Pol Pot n'avait été vu par aucun observateur indépendant de décembre 1979 à juillet 1997. Appelé également Frère numéro un, Code 87, Bang Pol ou Lamoth, il avait pour vrai nom Saloth Sar. Il serait né le 19 mai 1928 dans la province de Kompong Thom. Fils de paysans prospères, Sar effectue de médiocres études mais, grâce à ses liens avec le Parti démocrate, il obtient une bourse pour étudier à Paris (1949-1952). Il y fréquente le Cercle marxiste des étudiants khmers, adhère vraisemblablement au Parti communiste français et côtoie d'autres futurs dirigeants communistes : Khieu Samphan, Son Sen, Ieng Sary. À son retour, il rejoint une unité combattante sur la frontière vietnamienne et devient membre du Parti communiste indochinois. Ses activités secrètes conduiront Sar dans les maquis du Nord-Est, où il découvre auprès des Vietnamiens de la base 100 la discipline, l'organisation, le travail politique ainsi que l'importance de la clandestinité. En 1965, à la tête d'une délégation du Parti des travailleurs – qu'il dirige depuis 1962 –, il se rend à Hanoi pour présenter son programme politique à Lê Zuan. Alors que le dirigeant vietnamien morigène son jeune collègue, les Chinois l'accueilleront avec chaleur. Le parti change de nom (Parti communiste du Kampuchea) et s'engage sur la voie du maoïsme. L'affrontement sourd commence avec Hanoi (1967) qui s'inquiète du choix des Cambodgiens pour la lutte armée.

Sar est à nouveau à Pékin quand Sihanouk est renversé et rejoint le Gouvernement royal d'union nationale du Kampuchea, associant partisans du prince et communistes ; il en devient le chef militaire. Alors que les combats s'intensifient contre le régime de Lon Nol, l'opposition avec la ligne politique vietnamienne se durcit ; Sar en profite pour liquider les Khmers viêt-minh.

À l'heure de la victoire, dans une capitale vidée de ses habitants, Sar rentre après douze ans d'absence (24 avril 1975). Alors que l'utopie d'une collectivité agrarienne s'installe, le Kampuchea démocratique poursuit une politique ultranationaliste et violemment agressive vis-à-vis de Hanoi. En avril 1976, après la proclamation de la Constitution et du nouveau gouvernement, on apprend que le Premier ministre s'appelle Pol Pot, un nom courant dans les campagnes. Il est présenté comme un ouvrier des plantations d'hévéas. Il faudra près d'un an pour reconnaître en lui Saloth Sar. Lui-même ne l'admettra publiquement qu'en 1979.

Dans la clandestinité comme au pouvoir, il est difficile de cerner Pol Pot. Non seulement ses écrits et discours évitent tous détails personnels, mais la direction du pays, du parti restent opaques. Ainsi, pourquoi Pol Pot a-t-il « suspendu » ses activités pour « raisons de santé » en septembre 1976 ? Quelques mois plus tard, les purges prennent de l'ampleur avant une nouvelle recrudescence en mai 1978. Si l'« autogénocide » est encore sujet à controverses, le régime khmer rouge au pouvoir trois ans, huit mois et vingt jours fit plus d'un million de morts : par malnutrition, épuisement, maladies et par au moins cent mille exécutions pour crimes contre l'État. Cette utopie meurtrière fut le produit des guerres par procuration des grandes puissances, d'idéologies radicales importées et de l'histoire de la société khmère. Si le nationalisme de Pol Pot a emprunté au bouddhisme khmer les notions de discipline, de transformation personnelle, de renaissance, d'actions justes et de négation de soi, sa carrière fut tout autant marquée par les influences étrangères. Sa connaissance de la langue française lui permit d'accéder au marxisme et le maoïsme de découvrir les concepts de la révolution autonome, le volontarisme politico-économique et la révolution permanente.

Après l'intervention vietnamienne (décembre 1978), Pol Pot se réfugie en Thaïlande et prend le commandement militaire de la résistance khmère rouge avant de se « retirer » en septembre 1985. Le primus inter pares gardera cependant jusqu'au début de la décennie 1990 une influence sur la tactique de guerre, mais également sur les préceptes idéologiques du mouvement. Sérieusement malade depuis 1995, son décès n'a pas accéléré l'effondrement d'un mouvement déjà profondément fragmenté, pas plus d'ailleurs que sa condamnation par les siens à la prison à vie pour « trahison » en juillet 1997. Déjà en 1979, la république populaire du Kampuchea l'avait condamné à mort par contumace « pour des actes criminels avec intention de commettre un génocide ». Pol Pot disparu, le Cambodge aspire à clore trente ans de lutte armée khmère rouge et quarante-huit années de conflits indochinois.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : enseignant à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  POL POT SALOTH SAR dit (1928-1998)  » est également traité dans :

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 820 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le Kampuchéa démocratique (Khmer rouge) »  : […] Les Khmers rouges décident alors de vider cette ville, symbole de la corruption, du luxe, de l'étranger, de la répression aussi, et d'en disperser les 3 millions d'habitants aux quatre coins du pays. Toutes les villes, systématiquement démantelées, subissent le même sort. L'exode fait des centaines de milliers de nouvelles victimes. L'industrie et toute l'infrastructure sanitaire, scolaire et adm […] Lire la suite

IENG SARY (1925-2013)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 385 mots

Homme politique cambodgien, Ieng Sary fut vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Kampuchea démocratique de 1975 à 1979, sous le régime des Khmers rouges dirigé par Pol Pot, son beau-frère. À ce titre, il fut accusé d'être un des responsables de la mort de plus d'un million de personnes. Ieng Sary, de son vrai nom Kim Trang, naît le 24 octobre 1925, dans la province de Tra Nin […] Lire la suite

GÉNOCIDE

  • Écrit par 
  • Louis SALA-MOLINS
  •  • 8 481 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les promesses de la Cour pénale internationale »  : […] Une impression d'ensemble : le droit peine, en ce domaine plus encore que d'habitude, à se dégager du politique. Une illustration claire de cela ? Le manque flagrant de volonté des États membres d'agir pour forcer Pol Pot et les chefs khmers rouges à répondre du génocide commis au Cambodge , quelque difficulté sémantique que certains soulèvent à appeler de ce nom le fait, pour un régime, d'égorger […] Lire la suite

IENG THIRITH (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 387 mots

Femme politique cambodgienne, Ieng Thirith fut une figure centrale du régime khmer rouge de Pol Pot (1975-1979). À ce titre, elle est considérée comme coresponsable de la mort de plus d’un million de personnes. Khieu Thirith est née le 10 mars 1932 dans la province de Battambang dans l’ouest du Cambodge, alors en Indochine française. Issue de la haute société cambodgienne – son père est juge –, el […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian LECHERVY, « POL POT SALOTH SAR dit (1928-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saloth-sar-pol-pot/