LON NOL (1913-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lon Nol, 1970

Lon Nol, 1970
Crédits : Hulton Getty

photographie

Khmers rouges à Phnom Penh, 1975

Khmers rouges à Phnom Penh, 1975
Crédits : Hulton Getty

photographie


Peu d'hommes auront marqué aussi tragiquement le destin de leur pays que le maréchal Lon Nol (ancien président de la République khmère), décédé en Californie le 17 novembre 1985.

Né le 13 novembre 1913 dans la province de Preyveng, fils d'un petit fonctionnaire, Lon Nol put faire de bonnes études. Il fut orienté d'abord vers la magistrature ; mais, dès 1937, il entra dans le cadre administratif et, au début de 1945, il est premier adjoint du résident dans la province de Kompong Cham. En mai 1945, sous le régime japonais, il est nommé gouverneur de la province de Kratié. À la fin de septembre 1945, juste avant le retour des Français, Son Ngoc Thanh le nomme à la direction de la police nationale.

L'ouest du Cambodge, plus particulièrement la province de Battambang, va être, pendant des années, sa zone d'action. À la fin de 1946, il participe au rétablissement de l'administration khmère dans l'Ouest restitué par le Siam et, un an plus tard, il est nommé gouverneur de la province, où il faut juguler l'insécurité causée par les Khmers Issarak (Khmers libres). Membre du Parti de la rénovation khmère fondé en 1947 par Nhiek Tioulong et qui se dit à la fois « traditionaliste et nationaliste », il devient un leader de la droite autoritaire, un adversaire du parti démocrate au pouvoir. Le roi Sihanouk, qui assume en juin 1952 tous les pouvoirs, le charge de pacifier les secteurs de Siemreap et de Battambang, toujours infestés d'Issarak et de Viet Minh, puis de mobiliser et d'organiser les « forces vives » du pays, c'est-à-dire les partisans du monarque, qui veut faire pression sur les Français. Le roi vainqueur le nomme en décembre 1953 colonel, et, en avril 1954, de nouveau gouverneur de Battambang, d'où il chasse les Viet Minh. Administrateur sans formation militaire spéciale, Lon Nol s'avère un expert de la pacification. En 1955, il succède au prince Sirik Matak comme chef d'état-major général des forces armées royales. Sihanouk vient d'abdiquer et de créer le Grand Rassemblement, le Sangku [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)

Classification


Autres références

«  LON NOL (1913-1985)  » est également traité dans :

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 808 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le Cambodge en danger »  : […] Problèmes intérieurs et extérieurs sont au Cambodge difficilement séparables. Pris en tenaille entre la Thaïlande et le Sud- Vietnam hostiles, le Cambodge risquait de demeurer isolé s'il ne menait pas une politique de « neutralité active ». Il reçut des encouragements d'Hanoi, de Pékin, de Moscou et de Paris, mais ses rapports avec la Thaïlande et le Sud-Vietnam se dégradèrent encore et, en août […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cambodge/#i_90078

Les derniers événements

23 octobre 1991 • CambodgeSignature d'un accord de paix à Paris.

ans de conflit (le prince Sihanouk avait été destitué par le général Lon Nol en mars 1970), confère en outre à l'O.N.U. une autorité de tutelle pour ramener la paix et organiser des élections libres.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, « LON NOL (1913-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lon-nol/