SAISON CYCLONIQUE 2017 DANS L'ATLANTIQUE NORD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vue satellitaire du cyclone Irma au-dessus des îles Bahamas

Vue satellitaire du cyclone Irma au-dessus des îles Bahamas
Crédits : NOAA GOES Project/ NASA

photographie

Île de Saint-Martin après le passage du cyclone Irma

Île de Saint-Martin après le passage du cyclone Irma
Crédits : Jose Jimenez/ Getty Images

photographie

Cyclone Irma à Fort Lauderdale (Floride)

Cyclone Irma à Fort Lauderdale (Floride)
Crédits : Chip Somodevilla/ Getty Images

photographie

Trajet des cyclones de la saison cyclonique 2017 (23 novembre 2017)

Trajet des cyclones de la saison cyclonique 2017 (23 novembre 2017)
Crédits :  Encyclopædia Universalis France

carte


Une succession inhabituelle d’ouragans en quelques semaines

À première vue, une des caractéristiques de la saison cyclonique de l’Atlantique nord en 2017 est la rapidité de la succession de météores violents. Ils sont si rapprochés dans le temps et l’espace que, sur le même cliché satellitaire, on voit simultanément les cyclones Katia (en catégorie 2), Irma (en catégorie 5) et Jose (en catégorie 4). Ce dernier suit de deux jours le cyclone Irma sur une trajectoire voisine au moins dans la partie sud-est de l’arc antillais, avant de s’orienter vers le nord le 9 septembre. Maria (en catégorie 5) atteint les Petites Antilles le 17 septembre (onze jours après Irma) et la Guadeloupe le 19 à 2 heures du matin, avant de se diriger vers Porto Rico.

Au total, sur l’ensemble de la saison cyclonique 2017, six cyclones de catégorie 3 ont sévi sur l’Atlantique nord. Quatre ouragans majeurs (catégories 4 et 5) ont donc sévi dans la région des Caraïbes entre la fin du mois d’août et celle de septembre. Les bilans humains font état d'au moins cent morts. Les dégâts matériels sont impressionnants, mais difficiles à évaluer rapidement. Ils varient tout d'abord selon l’intensité des météores, seuls les ouragans majeurs provoquant des dégâts importants et persistants. Les dégâts dépendent aussi de la trajectoire de l’œil du cyclone, autour duquel les vents sont particulièrement violents. C’est ce qui explique le fait que la zone française de Saint-Martin a plus souffert que la zone néerlandaise lors du passage d’Irma. Vents et pluies sont responsables de la dévastation de Porto Rico lors du passage de Maria le 19 septembre. Auparavant, les vents de ce même cyclone avaient traversé la Guadeloupe, dévastant les bananeraies, une des principales ressources agricoles de l’île. Mais la gravité des dégâts est également tributaire de nombreux autres facteurs. L’un des plus importants est l’intensité des précipitations, elles-mêmes liées à la chaleur latente du cyclon [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « SAISON CYCLONIQUE 2017 DANS L'ATLANTIQUE NORD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saison-cyclonique-2017-dans-l-atlantique-nord/