RŌSH HASHĀNĀH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une des principales fêtes juives (Rōsh Hashānāh signifie, en hébreu, « début de l'année »), maintenant acceptée comme le commencement de la nouvelle année religieuse, et fixée au premier jour du mois de tishri (septembre ou octobre). Comme le Nouvel An arrive à l'intérieur d'une période de dix jours d'examen de conscience et de pénitence, on appelle également cette fête Jour du Jugement ; pendant cette période, chaque juif réexamine sa relation avec Dieu, le Juge suprême. Une des caractéristiques propres à la liturgie de cette fête est la sonnerie de la corne de bélier (shofar), conformément à la prescription du Livre des Nombres, xxix, 1 ; les notes du shofar invitent le peuple juif à un réveil spirituel qui rappelle la révélation du Sinaï. Pendant l'office à la synagogue, on récite trois groupes de prières, à la fin de chacun desquels on sonne du shofar ; le premier groupe, formé de dix versets de l'Écriture, proclame la souveraineté de Dieu sur toute l'humanité ; le deuxième décrit la providence de Dieu sur ses créatures ; le troisième concerne le shofar lui-même.

Rōsh Hashānāh est aussi le Jour du souvenir, car on y commémore la création du monde et, tout comme Dieu garde mémoire des bonnes œuvres de ses créatures, de même la nation juive, de son côté, se rappelle alors ses responsabilités en tant que peuple élu.

La première nuit de Rōsh Hashānāh, la coutume prescrit de préparer des friandises en présage de bonheur pour la nouvelle année. La nuit suivante, on mange pour la première fois les fruits nouveaux et l'on récite une bénédiction spéciale. Rōsh Hashānāh, qui en Israël dure un jour, s'étend traditionnellement, dans la Diaspora, sur deux jours, conformément — pense-t-on — à la coutume ancienne qui voulait qu'on attendît l'arrivée des messagers venant annoncer l'apparition de la nouvelle lune à Jérusalem.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  ROSH HASHANAH  » est également traité dans :

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 474 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Danse et musique »  : […] Bien que, selon la Bible, David ait dansé devant l'Arche, il n'est pas, dans le culte juif, de chorégraphie ni au Temple ni à la synagogue, à l'exception des danses des fidèles qui portent la Tōrah et la font danser lors de la fête de Simḥat Tōrah . L'une des innovations du hassidisme fut d'introduire les danses collectives – hommes et femmes séparés –, cette forme d'express […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-les-pratiques/#i_12380

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La civilisation juive »  : […] La civilisation juive trouve sa meilleure expression en terre d'Israël, mais la communauté de la Diaspora, à Rome, en Grèce ou chez les Parthes, en fournit une sorte de microcosme. Toute définition en cette matière est contestable : en effet, non seulement les Juifs ont survécu à l'Antiquité, mais encore leur mode de vie et de pensée est demeuré vivant. La racine de cette culture est la révélatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-des-hebreux/#i_12380

JUIVES FÊTES

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 1 144 mots
  •  • 1 média

Les fêtes juives sont mobiles dans le calendrier civil, du fait qu'elles suivent le calendrier lunaire. Commençant en automne, ce dernier comprend les mois suivants : tišri , ḥešwan , kislew , ṭebet , šebat , adar , nissan , iyar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fetes-juives/#i_12380

Pour citer l’article

Richard GOULET, « RŌSH HASHĀNĀH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosh-hashanah/