UNGERN-STERNBERG ROMAN VON (1885-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Baron d'origine balte et général de l'armée tsariste ; appelé aussi Roman Ungern von Sternberg. Dans les désordres de la contre-révolution blanche en Sibérie orientale et en Asie centrale, il prétend être une réincarnation de Gengis-khān, destinée à unifier les Mongols et à les conduire à l'assaut du bolchevisme et de l'hébraïsme. Il commence son action anticommuniste en 1917, en union avec l'ataman Grigorii Mikhailovitch Semionov (1891-1946) soutenu par les Japonais. En octobre 1920, reculant devant l'avance bolchevique, il passe en Mongolie autonome, avec une force composée de « gardes blancs » russes et allogènes (Tatars, Bachkirs, Bouriates et Mongols). S'étant emparé de la capitale, Urga, il impose, de février à juillet 1921, à la portion de la Mongolie qui lui est soumise, un régime de terreur qui lui a valu le surnom de « Baron sanglant ». Sa folie sanguinaire lui aliène rapidement la sympathie des Mongols, qui avaient d'abord cru découvrir en lui le sauveur destiné à les libérer des Chinois. Il est expulsé par une offensive conjointe de l'Armée rouge et de l'Armée populaire mongole et exécuté en septembre 1921 à Novonikolaevsk (actuellement Novosibirsk). Les dernières forces russes « blanches » en Mongolie sont décimées en décembre de la même année.

—  Françoise AUBIN

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification


Autres références

«  UNGERN-STERNBERG ROMAN VON (1885-1921)  » est également traité dans :

MONGOLIE, République mongole

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Marie-Dominique EVEN
  •  • 7 770 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les troubles de 1920-1921 : du « baron fou » à la révolution nationale »  : […] Entre temps, la guerre civile russe a amené aux portes de la capitale mongole les troupes blanches du baron Ungern-Sternberg (1886-1921). En février 1921, celui-ci chasse d'Urga les soldats chinois et rétablit sur son trône le Bogda-khan. Mais sa popularité est vite ternie par ses exactions et son régime de terreur. Sa présence fournit un prétexte aux Soviétiques pour intervenir militairement en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-republique-mongole/#i_21716

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « UNGERN-STERNBERG ROMAN VON - (1885-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-von-ungern-sternberg/