CAILLOIS ROGER (1913-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Amérique latine et ses révélations

Surpris par la Seconde Guerre mondiale en Argentine et contraint d'y séjourner, Caillois n'y reste pas inactif. Il fonde en 1941 la revue Lettres françaises, multiplie par ailleurs les découvertes et commence à se passionner pour les mondes minéral et végétal que lui révèle cette Amérique latine, où, comme le rappellera Le Fleuve Alphée, « les livres et ceux qui les lisent comptent beaucoup moins que la nature et les illettrés ». Pourtant, Caillois y découvre aussi une littérature qui le fascine et qu'il nous fera connaître en fondant chez Gallimard la collection Croix du Sud et en traduisant lui-même certaines œuvres de Borges, de Neruda, de Mistral et de Porchia. Caillois est, semble-t-il, désormais réconcilié avec la littérature, mais son hostilité de jadis s'est transformée en une exigeante passion qui n'hésite pas, comme dans Babel en 1948, à fustiger les littérateurs contemporains qui se dérobent à leur « devoir de vérité » et à leur « responsabilité d'écrivain ». Caillois admire, en revanche, la volonté de Saint-Exupéry de ne « rien écrire que sa vie ne garantisse » et le « parti pris de vérité » de Saint-John Perse, dont il exposera en 1954 la poétique. Il était, d'autre part, lui-même devenu écrivain (« malgré moi », avouera-t-il) en décrivant en 1942 la Patagonie qu'il venait de visiter. Mais, même s'il dira bientôt préférer à l'aventure humaine les pierres qui « ne sont pas susceptibles d'émotion » et les lieux écartés « où l'homme est rare », le sociologue l'emporte encore sur le poète quand, dans une étude reprise et complétée en 1963 dans Bellone ou la Pente de la guerre, il s'interroge en 1951 sur le « vertige de la guerre » ou quand, dans Les Jeux et les hommes en 1958, il examine la nature et la fonction des jeux dans la société.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, assistant de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CAILLOIS ROGER (1913-1978)  » est également traité dans :

JEU - Le jeu dans la société

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 4 893 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le jeu, principe social »  : […] Prenant acte de la vraisemblance des deux interprétations opposées, Roger Caillois incline à penser que le jeu n'est par essence ni corruption ni source des usages sociaux, mais qu'il est un principe permanent de la vie sociale, de sorte qu'il peut aussi bien faire siennes et pour ainsi dire récupérer les traditions désuètes, qu'il peut alimenter ou colorer les usages institutionnels avec lesquel […] Lire la suite

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « Classification des jeux »  : […] Les travaux taxonomiques sur les manifestations ludiques de l'homme se limitent à la philosophie et à l'ethnologie, la sociologie n'ayant jamais envisagé de proposer une classification des jeux universellement valable d'après les critères de relations et de divisions sociales. Certes, la psychologie a suggéré plusieurs classifications de jeux, mais toujours associées aux différents âges de l'indiv […] Lire la suite

JEU - Jeu et rationalité

  • Écrit par 
  • Jacques EHRMANN
  •  • 4 828 mots

Dans le chapitre « Réalité, jeu et sacré »  : […] Pour Huizinga, « sous l'angle de la forme, on peut [...] définir le jeu comme une action libre, sentie comme fictive et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d'absorber totalement le joueur ; une action dénuée de tout intérêt matériel et de toute utilité ; qui s'accomplit en un temps et dans un espace expressément circonscrits, se déroule avec ordre selon des règles données et su […] Lire la suite

JEUX DE PIONS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 089 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Essais de classification »  : […] Ces éléments d'analyse formelle joints à un inventaire aussi complet que possible des jeux de pions anciens et existants ont stimulé la veine classificatoire de certains spécialistes. La classification sans doute la plus répandue, particulièrement dans le monde anglophone, est celle qui a été proposée par Harold Murray en 1952 et ensuite réaménagée par Robert Charles Bell en 1960 et 1969. Murray d […] Lire la suite

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « L'échec des restaurations passées »  : […] Si le merveilleux a partie liée avec la croyance, il devient factice quand on cesse d'y croire, quand les conditions d'une rencontre privilégiée ne sont plus réunies ; la merveille abandonnée, falsifiée, réduite à un clinquant ou à un vernis, n'a plus que le pouvoir d'abuser le lecteur. Or cette déchéance est déjà largement acquise au xvi e  siècle. L'histoire du concept de merveilleux est en gran […] Lire la suite

RELIGION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 998 mots

Dans le chapitre « Le profane et le sacré »  : […] Même lorsque tout était religieux dans les sociétés humaines existait cependant un espace profane dans lequel une partie de la vie des hommes se déroulait. Le profane est la dimension presque négligeable à laquelle on est contraint de participer en raison de la faiblesse de notre condition, « monde où le fidèle vaque librement à ses occupations, exerce une activité sans conséquence pour son salut  […] Lire la suite

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources des théories durkheimiennes »  : […] Le sacré est donc, chez Durkheim, on le voit, à la confluence de deux mouvements. Il est, d'une part, le lieu de l'interdit et, d'autre part, le siège d'une puissance pouvant se manifester dans certaines circonstances. Pour résumer le fait d'une formule, disons qu'il est au croisement de W. R.  Smith et de Hubert et Mauss. Que l'ethnographie australienne autorise effectivement ce croisement est sa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vital RAMBAUD, « CAILLOIS ROGER - (1913-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-caillois/