GRAVES ROBERT (1895-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vocation

Robert Graves est né à Wimbledon en 1895 dans une famille de tradition intellectuelle tant du côté de son père que de sa mère. Son père, Alfred Perceval Graves, poète irlandais, composait des chansons ; son grand-père, Charles Graves, évêque de Limerick, avait été professeur de mathématiques à l'Université de Dublin et était une autorité en matière d'histoire ancienne irlandaise.

Ces origines joueront un rôle prépondérant dans l'œuvre de Graves, marqué à jamais par l'Irlande ancienne, la littérature celtique, la poésie des bardes et le pouvoir magique de l'amour romantique.

Dans la famille de sa mère, allemande, se trouve aussi un historien célèbre, Léopold von Ranke, père de l'histoire moderne en Allemagne.

Graves sut très jeune que son destin serait d'être écrivain et, à quinze ans, il décida de s'y conformer. Élevé à Oxford, il fut brutalement jeté en 1914 dans la Première Guerre mondiale en qualité d'officier au régiment royal des fusiliers gallois. Il tirera de cette terrible expérience de la vie dans les tranchées françaises de nombreux poèmes et un magnifique livre autobiographique, Good-Bye to All That (1929). Blessé, laissé pour mort en 1916, il se retire à Oxford où il se jure de n'accepter aucun travail qui ne soit la rédaction de son œuvre. Il ne manquera que deux fois à cette promesse, l'une pour prendre la chaire d'anglais à l'Université du Caire, en 1926, l'autre pour accepter celle de poésie à Oxford de 1961 à 1966. Graves est un homme qui s'est voué à la poésie avec un romantisme et une rigueur extrêmes, rigueur qui l'a conduit à juger durement du monde moderne, de ses contemporains et des écrivains de sa génération.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRAVES ROBERT (1895-1985)  » est également traité dans :

SKELTON JOHN (1460 env.-1529)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 573 mots

Poète anglais, longtemps négligé, John Skelton refait surface grâce à l'admiration que lui ont vouée quelques poètes modernes, dont W. H. Auden, qui lui a consacré un essai en 1935 ( The Great Tudors ), et Robert Graves. Vers 1485, il avait déjà traduit La Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, d'après une transposition en latin. En 1489, il fut créé poète-lauréat des universités d'Oxford […] Lire la suite

Les derniers événements

Slovaquie. Victoire de l'opposition sociale-démocrate aux élections législatives. 10 mars 2012

de corruption – 6,1 p. 100 des suffrages et 11 sièges –, enregistrent de graves revers. Le taux de participation est de 59,1 p. 100. Robert Fico prendra ses fonctions de Premier ministre le 4 avril. […] Lire la suite

États-Unis. Remaniement de l'équipe de conseillers du président Ronald Reagan. 9-17 octobre 1983

Le 9, James Watt, secrétaire à l'Intérieur, remet sa démission au président Reagan. Il avait commis plusieurs graves impairs qui l'avaient déconsidéré. Le 13, William Clark, conseiller du président Reagan pour les affaires de sécurité nationale, est nommé pour lui succéder. Le 17, Robert McFarlane […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Laure de FOLIN, « GRAVES ROBERT - (1895-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-graves/