COUTURIER ROBERT (1905-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 2 mai 1905 à Angoulême, Robert Couturier apprend la lithographie à l'école Estienne à Paris en 1920 et commence, à partir de 1923-1924, à réaliser ses premières sculptures en terre. La rencontre avec Aristide Maillol en 1928 est déterminante pour le jeune sculpteur ; c'est aussi le début d'une longue amitié. En 1930, il obtient le prix Blumenthal, participe à plusieurs expositions collectives de sculpture et reçoit sa première commande de l'État en 1936 avec Le Jardinier, destiné à l'esplanade du Trocadéro à Paris ; ce sera le seul garçon nu parmi cet ensemble féminin.

Sa participation à l'Exposition internationale des arts et techniques de Paris, en 1937, est également remarquée par la décoration intérieure qu'il conçoit pour le Pavillon de l'Élégance, réalisé par l'architecte Émile Aillaud et le designer Étienne Kohlmann : il réalise deux cents immenses mannequins en plâtre qui trouvent place dans une scénographie d'esprit surréaliste. En cette fin des années 1930, d'autres commandes suivront, parmi lesquelles la porte monumentale de la salle des Assemblées de la Société des Nations à Genève (1938) décorée des figures d'Apollon et Cérès.

Les années de guerre vont amener une rupture esthétique. Robert Couturier délaisse progressivement les volumes amples et pleins hérités de Maillol au profit d'une sculpture plus étirée et maigre. Les sujets religieux, Saint Sébastien (1944) et Adam et Ève (1946), traités sur un mode profane, illustrent cette esthétique de l'économie de moyens. « Ma grande joie est d'évoquer le plus d'humanité possible en cherchant les moyens les plus réduits et les plus simples de la matière », disait l'artiste. C'est dans cette perspective qu'il réalise le Monument à Étienne Dolet (1947-1949), commandé par l'État, dont la démesure et la matière irrégulière et accidentée, après avoir suscité le scandale, lui vaudront d'être refusé, et finalement de ne pas être placé dans l'espace public.

Le goût de Robert Couturier pour la concision le fait évoluer dès le début des années 1950 vers une sculptur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université Marc-Bloch de Strasbourg, habilitée à diriger des recherches, critique d'art

Classification

Pour citer l’article

Valérie DA COSTA, « COUTURIER ROBERT - (1905-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-couturier/