RITUEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'approche « pragmatique » : ce que « fait » le rituel

L'approche qui ne voit dans la communication rituelle que des valeurs expressives, des symboles assimilables à un langage, à un code digital dont le sens provient des paires contrastées se trouve précisément mise en question par les auteurs qui estiment que le rituel « fait » quelque chose et ne peut être comparé à un code verbal de communication. Il faut l'analyser dans la totalité de la situation qu'il instaure et qui comprend : des messages, des émetteurs, des destinataires, un contexte. Dan Sperber remarque, à propos du structuralisme, que l'anthropologie a tendance à penser séparément les « codes » et les « réseaux », alors que le rituel, de même que le politique, constitue manifestement des phénomènes à appréhender simultanément en termes de codes et de réseaux, de messages et de canaux : dans la politesse, par exemple, « ce qui est communiqué et la situation de communication sont intimement liés ». On peut séparer le langage de la communication linguistique, mais un rituel ne peut être réduit à un code, car « la signification et la composition même d'un message [rituel] dépendent des positions de celui qui l'émet et de celui qui le reçoit ». Le rituel subit les contraintes à la fois d'un système de signes et d'un système d'échanges. Critiquant l'approche « sémiologique » d'un auteur comme V. Turner, D. Sperber montre que l'action symbolique n'est pas un code assignant à un symbole une interprétation (il n'y a donc pas à décoder celle-ci) et que l'exégèse d'un symbole n'est pas son interprétation, mais au contraire une de ses extensions – justiciable, elle aussi, d'une exégèse. Faute de la comprendre, l'approche sémiologique peut produire des interprétations ad infinitum. Selon la perspective de Sperber, parfois jugée trop « cognitiviste », le symbolisme n'est pas organisé par une grammaire (où des règles engendreraient des énoncés) ni doté de signification au sens où un petit nombre de symboles s'y trouvent associés à une infinité possible de représentations (la fécondité, le matrilignage, la féminité, etc. dans l'exemple de Turner). C'est un « mécanisme cognitif » qui éclaire un contexte (au lieu d'être éclairé par un contexte) consistant en une série d'opérations : schématiquement, la « mise entre guillemets » d'une représentation conceptuelle défectueuse ; la focalisation sur la condition responsable de ce défaut ; l'apparition d'une évocation dans le champ de la focalisation (« le lion est un animal » n'est pas un énoncé symbolique, tandis que « le lion est le roi des animaux » en est un).

Reprenant l'étude des rituels de l'incwala swazi, Pierre Smith, de son côté, a montré que les rites s'organisent « autour d'éléments centraux focalisateurs », d'objets fonctionnant comme des « pièges à pensée » (ainsi les rhombes se retrouvent dans de très nombreux rituels d'initiation), et à l'intérieur des divers systèmes rituels qui coexistent dans la même société. C'est donc en partant d'approches très différentes que certains auteurs se rencontrent pour critiquer la perspective « symboliste-expressive » et pour préconiser une appréhension « pragmatique » et en totalité de la situation de communication rituelle (messages et réseaux). On peut mentionner à ce sujet le courant « intellectualiste », issu des travaux de Tylor et représenté par R. Horton, qui traite l'action rituelle de façon littérale, comme une tentative rationnelle pour expliquer, prédire et contrôler le monde, sur un mode qui n'est pas si éloigné de la pensée scientifique. De même, G. Lewis, à propos des Gnau de Nouvelle-Guinée, a fait remarquer que, plus que sa signification, ce qui est explicite dans le rituel, envisagé comme séquence d'actions standardisées et prescrites, c'est « comment le faire ». Dans de nombreuses sociétés, les acteurs savent comment effectuer correctement un rituel, mais ils fournissent rarement des explications sur ce qu'ils expriment et symbolisent ainsi, et l'on ne saurait imputer cela à un simple « oubli ». Le fait que les significations soient implicites ou paraissent passibles d'oubli montre combien le rituel diffère de la communication verbale, et comment, selon G. Lewis, il se rapproche de l'art.

Une des tentatives les plus remarquables dans cette voie est celle de F. Barth, qui, à l'encontre de la position structuraliste adoptée notamment par E. Leach et par M. Douglas, montre, à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Danse rituelle, E. S. Curtis

Danse rituelle, E. S. Curtis
Crédits : AKG

photographie

Rituel de passage

Rituel de passage
Crédits : Paul Chesley/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RITUEL  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 132 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Société et parenté »  : […] Chez tous les Aborigènes, des interdits s'appliquent à la sexualité, à l'espace, à la parole, à la nourriture ou à l'utilisation de certains objets. Ces interdits concernent quatre domaines principaux : les relations de parenté et d'alliance, le deuil, les rites totémiques et les rites qui ponctuent le cycle de vie. Le tabou le plus important, commun à tous les Aborigènes, interdit à un garçon et […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pratiques rituelles »  : […] Les relations avec les dieux sont assurées par la pratique de la prière, de l'offrande, du sacrifice, la consécration d'autels, la fabrication d'objets rituels comme les masques, la musique, la danse et la possession. En tout état de cause, chaque activité de l'homme est mêlée plus ou moins profondément à la religion qui en marque les différentes phases. Cela n'implique pas nécessairement une reli […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les masques »  : […] Les danses des masques sur la place publique à l'occasion des funérailles et des levées de deuil ( dama ) sont les plus spectaculaires et les plus connues des cérémonies rituelles des Dogon. La société des masques ( awa ) est réservée aux hommes. Le mot imina désigne non seulement le masque lui-même mais l'ensemble de son costume, des emblèmes, du rythme et de la danse qui lui sont propres. Les […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

  • Écrit par 
  • Carmen BERNAND
  •  • 4 680 mots

Dans le chapitre « Indiens et nation »  : […] Au début du xx e  siècle, en Bolivie, au Pérou et en Équateur, l'incorporation de l'Indien et du Métis à la société nationale donna lieu à des débats politiques très vifs. Plusieurs écrivains refusèrent l'infériorité « raciale » de l'Indien proclamée par les élites, et s'engagèrent dans une littérature militante en faveur des indigènes. Pour ces intellectuels, la nation nouvelle devait être const […] Lire la suite

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 580 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le culte du Protecteur du royaume »  : […] C'est pour ce culte théocratique que furent édifiés les temples-montagnes, faits à la ressemblance de la montagne cosmique (le mont Meru), qui est tout ensemble le pivot du monde et le séjour des dieux et de leur roi, Indra ou Mahendra (ce dernier étant aussi un des noms de Śiva). En particulier un culte, ou un rituel, que l'on connaît par un témoignage épigraphique de deux siècles plus tardif, c […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religion et pouvoir »  : […] Le pouvoir est sacralisé parce que toute société affirme sa volonté d'éternité et redoute le retour au chaos comme réalisation de sa propre mort. Dans les sociétés qui sont moins tournées vers la nature pour la dominer que liées à elle (y trouvant, à la fois, leur prolongement et leur reflet), la parenté du sacré et du politique s'impose avec force. Les principes qui règlent l'ordre du cosmos et […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Brigitte DERLON, 
  • Monique JEUDY-BALLINI
  •  • 3 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’art comme langage »  : […] Au cours des années 1970, un tournant s’opère dans l’étude de l’art qui s’affirme comme un domaine à part entière de l’anthropologie. Dans la discipline, l’accent placé sur les questions relatives au symbolisme (Leach, Turner, Bateson) stimule un regain d’intérêt pour l’art, qui se déploie de manière inédite au cours d’enquêtes ethnographiques de longue durée, particulièrement chez les spécialist […] Lire la suite

ART KANAK

  • Écrit par 
  • Emmanuel KASARHÉROU
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « La présence des ancêtres »  : […] Flèches faîtières, sagaies, chambranles, haches ostensoirs, masques et bambous gravés sont autant de témoins d’une société codifiée. Les gestes coutumiers régissent les relations sociales kanak. La « coutume », ce rituel de salutation, engageant un échange de paroles et d’objets de peu de valeur (souvent un billet enroulé dans un morceau d’étoffe), s’applique chaque fois qu’un nouvel arrivant se […] Lire la suite

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 260 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La magie »  : […] Il ne suffit pas de prévoir, il faut empêcher la réalisation des présages mauvais et lutter contre le mal s'il survient. Seuls les dieux peuvent revenir sur la décision qu'ils ont prise ; aussi le mage n'intervient-il que comme représentant des dieux. Pour obtenir ce résultat, il utilise l' exorcisme. Celui-ci est constitué de deux éléments, inséparables mais distincts : le rite et l'incantation. […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La navigation chez les Aztèques »  : […] Dans la continuité de ces découvertes archéologiques, Alexandra Biar s’est spécifiquement intéressée aux embarcations et installations lacustres aztèques sur les lacs du bassin de Mexico. L’utilisation de documents historiques et archéologiques réunissant les données provenant à la fois de l’eau et de la terre lui a permis de « dynamiser » un paysage décrit par ses prédécesseurs, et de démontrer q […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 décembre 2019 Belgique. Retrait du carnaval d'Alost de la liste du patrimoine culturel de l'UNESCO.

Le bourgmestre d’Alost, Christoph D’Haese (Alliance néo-flamande, N-VA), avait alors plaidé le « rituel de transgression » propre à la tradition du festival et avait associé les réactions des organisations juives, de la Commission européenne, de l’UNESCO et de capitales étrangères à « une forme de censure ». L’UNESCO estime cette représentation incompatible avec les principes fondamentaux qui régissent la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. […] Lire la suite

1er-18 mai 2011 États-Unis – Pakistan. Mort d'Oussama ben Laden, chef d'Al-Qaida

Washington indique que le corps d'Oussama ben Laden a été évacué en hélicoptère jusqu'au porte-avions américain Carl-Vinson croisant en mer d'Oman, qu'il a été préparé selon le rituel musulman, puis immergé. Le 3, alors que des doutes subsistent sur le rôle de protection des services de renseignement pakistanais envers Oussama ben Laden depuis sa fuite, Islamabad qualifie le raid américain d'« action unilatérale non autorisée » dont le Pakistan n'avait « aucune connaissance préalable ». […] Lire la suite

1er-28 mars 2001 Europe. Extension de l'épizootie de fièvre aphteuse

Le 1er, le gouvernement français appelle les musulmans de France à renoncer à l'abattage rituel de moutons à l'occasion de la fête de l'Aïd-el-Kébir, en raison de la pénurie d'ovins entraînée par l'épizootie de fièvre aphteuse sévissant en Grande-Bretagne. Le 2, tandis que la contagion progresse outre-Manche, des porcs d'un élevage belge situé près de Dixmude présentent de « fortes suspicions de fièvre aphteuse ». […] Lire la suite

12 novembre 1990 Japon. Intronisation de l'empereur Akihito

Au cours d'un rituel traditionnel d'intronisation, il se proclame cent vingt-cinquième empereur du Japon et s'engage à respecter la Constitution de 1947 ainsi qu'à assurer l'unité du peuple japonais. Les dignitaires de cent soixante pays, dont Michel Rocard pour la France, assistent à la cérémonie.  […] Lire la suite

1er-31 octobre 1989 République démocratique allemande. Remplacement d'Erich Honecker par Egon Krenz

Le 30, plus d'un demi-million de manifestants participent, à travers le pays, au rituel défilé du lundi soir, dont trois cent mille à Leipzig réclament « la démocratie maintenant ! » et des élections libres. Le 31, pour sa première visite officielle à l'étranger, Egon Krenz se rend à Moscou où il rend hommage à l'expérience de la perestroïka.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole SINDZINGRE, « RITUEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/