BENNETT RICHARD RODNEY (1936-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur et pianiste britannique Richard Rodney Bennett naît le 29 mars 1936, à Broadstairs, dans le Kent, au sein d'une famille très musicienne (sa mère a étudié avec Gustav Holst). De 1953 à 1956, il étudie à la Royal Academy of Music de Londres, où il est l'élève de Lennox Berkeley et de Howard Ferguson. Il obtient ensuite une bourse pour se perfectionner auprès de Pierre Boulez, à Paris, en 1957 et 1958. De retour à Londres, sa notoriété s'établit, et il est considéré comme l'un des compositeurs britanniques d'avant-garde les plus talentueux et éclectiques. D'abord adepte du dodécaphonisme et du sérialisme, influencé par Elizabeth Lutyens et Boulez, Bennett va faire évoluer son style, s'attachant notamment à la richesse de l'orchestration et aux textures instrumentales, et développe une sorte de « sérialisme néo-romantique ». Il enseigne à la Royal Academy of Music (1963-1965, puis 1994-2000), ainsi qu'au Peabody Institute de Baltimore (1970-1971). Bennett est élevé au rang de commandeur de l'Empire britannique en 1977, puis de chevalier en 1998. À son catalogue figurent des pièces pour orchestre, pour voix solistes et pour chœurs a cappella, de la musique de chambre, des opéras, de la musique pour le cinéma et la télévision.

On mentionnera la Sonate pour piano (1954), les opéras The Mines of Sulphur (1963), A Penny for a Song (1967), All the King's Men (1968) et Victory (1969), Epithalamion (1966), Sermons and Devotions (1992) et The Glory and the dream (2000), les concertos pour piano (1968), guitare (1970) et trompette (1993), la cantate Spells (1975), les œuvres pour orchestre Music for Strings (1978), Symphonie no3 (1987) et Partita (1995), ou encore la série Scena de pièces pour instrument seul (1973-1977). Richard Rodney Bennett a également signé la musique de nombreux longs-métrages, tels que Far from the Madding Crowd (1967, Loin de la foule déchaînée) de John Schlesinger, Murder on the Orient Express (1974, Le Crime de l'Orient-Express) de Sidney Lumet et Four Weddings and a Funeral (1994, Quatre Mariages et un enterrement) de Mike Newell. Il s'est également intéressé de près au jazz, composant un Concerto for Stan Getz, pour saxophone ténor et orchestre (1990) et un Rondel pour ensemble de jazz (1999). Installé à New York depuis 1979, Richard Rodney Bennett s’y éteint le 24 décembre 2012.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BENNETT RICHARD RODNEY (1936-2012)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les « indépendants » »  : […] Plus fécond, en revanche, paraît être le comportement artistique de quelques musiciens qui, nés dans la décennie qui précède la Seconde Guerre mondiale, peuvent valablement faire figure d'« indépendants ». Intéressante à cet égard est l'évolution d'un Alun Hoddinott (1929-2008) qui, d'abord influencé par Bartók, intègre dès les années 1960 des structures sérielles dans ses compositions pour about […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-musique/#i_95104

Pour citer l’article

« BENNETT RICHARD RODNEY - (1936-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rodney-bennett/