BRAUTIGAN RICHARD (1935-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1935 dans une famille ouvrière à Tacoma (État de Washington), Richard Brautigan mit fin à son existence un jour d'octobre 1984 à Bolinas, en Californie. C'est en Californie, déjà, qu'émerge dans les années cinquante, aux côtés des beats de San Francisco, ce personnage qui publie alors d'étranges recueils de poèmes ; leurs titres accolent des éléments trop disparates pour ne pas laisser filtrer un humour provocateur : L'Autostoppeur de Galilée, Frontière de la pieuvre, Sous la haute surveillance de machines pleines d'amour et de grâce... Avec Le Général sudiste de Big Sur (1964), La Pêche à la truite en Amérique (1967) et Sucre de pastèque (1968) se dessine l'image qui fera son immense succès (ses livres seront vendus à des millions d'exemplaires) et qui lui collera à la peau au point de lui interdire une véritable évolution. Dans ces livres, auxquels il faut ajouter un recueil de nouvelles, La Revanche de la pelouse (1971), et un quatrième roman, L'Avortement (1971), Brautigan invente une écriture très originale qui fait songer, par certains aspects, à Boris Vian (audace des images, discontinu du récit qui cède constamment le pas à une poésie de l'absurde) et crée un monde qui mêle volontiers paysages utopistes et anarchisme joyeux. La critique du rêve américain, dans La Pêche à la truite, est féroce ; elle se donne à sentir sous la fragmentation formelle (il s'agit d'un collage de brèves vignettes) et l'ironique démolition d'une pastorale de plus en plus mythique. Cet ouvrage, impossible à définir, le consacre : on dira « brautiganesque » toute image vaguement ou franchement surréalisante (« ses yeux étaient pareils aux lacets d'un clavecin »), toute description un peu nostalgique et ironiquement rétro d'une Amérique dont il est dit qu'elle « n'est souvent qu'un lieu imaginaire ».

Tout ce qui crée l'enfermement, la pétrification et la fixité fascine Brautigan : c'est bientôt la littérature elle-même qu'il propose d'arracher aux classifications sclérosantes. Une série de romans mettra en cause les genres littéraires en opérant des rapprochements aussi indigne [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature américaine à l'université d'Orléans

Classification


Autres références

«  BRAUTIGAN RICHARD (1935-1984)  » est également traité dans :

BRAUTIGAN (mise en scène B. Boeglin)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 896 mots

De Bruno Boeglin, qu'il avait invité en 1979 au Centre dramatique national des Alpes, Georges Lavaudant disait alors : « Il est l'un des rares poètes de la scène. » La phrase a conservé sa pertinence. Hors du temps, hors des modes, Bruno Boeglin est l'homme d'un théâtre qui ne ressemble qu'à lui-même. S'il s'est peu confronté aux classiques ( Titus Andronicus , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brautigan/#i_95444

Pour citer l’article

Marc CHÉNETIER, « BRAUTIGAN RICHARD - (1935-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-brautigan/