RHEE SYNGMAN ou LI SEUNG-MAN (1875-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président du gouvernement coréen provisoire en exil de 1919 à 1946 et premier président de la République de Corée (Corée du Sud), né dans la province de Hwanghae, descendant de la famille royale des Li, Syngman Rhee reçoit une éducation classique chinoise, puis séjourne dans une mission méthodiste anglaise. En 1896, il adhère à l'Organisation pour l'indépendance de la Corée ; en 1897, il est arrêté et demeure en prison jusqu'en 1904. Il se convertit au christianisme vers cette époque. Amnistié, il part pour les États-Unis où il obtient en 1910 un doctorat (Ph.D.) à l'université de Princeton. De retour en Corée dès 1910 (l'année de l'annexion par le Japon), il organise le mouvement méthodiste coréen et prend part à la résistance anti-japonaise (1910-1912). Contraint de s'enfuir, il se réfugie à Hawaii où il fonde un centre religieux, mais il reste en contact avec la résistance coréenne ; l'échec du mouvement de résistance lui fait concevoir que la libération de la Corée ne sera obtenue que par une pression diplomatique internationale ; en 1912, il devient localement leader de l'opposition nationaliste. Élu en 1919 président du gouvernement provisoire en exil, à Shanghai, il doit quitter ses fonctions en 1921 et s'établir aux États-Unis. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il établit une « commission coréenne » à Washington, représentant la Corée auprès des États-Unis et des Alliés.

Syngman Rhee et son épouse, en 1959

Syngman Rhee et son épouse, en 1959

Photographie

Le président sud-coréen Syngman Rhee (1875-1965) et son épouse, en costume traditionnel, lors de l'anniversaire de l'indépendance de la république de Corée du Sud (1948). Chef de l'État depuis cette date, il gouvernera de façon dictatoriale et sera destitué en avril 1960. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En 1945, mandaté par les États-Unis, il retourne en Corée, et s'oppose au « conseil de tutelle » composé de l'U.R.S.S. et des États-Unis ; il se prononce pour l'établissement d'un gouvernement indépendant au Sud, protégé par l'aide militaire américaine, mais excluant toute immixtion dans les affaires intérieures du pays. Élu en 1948 président du Conseil démocratique de la Corée du Sud, soutenu par les Américains pendant la guerre de Corée (1950-1953), il ne réussit toutefois pas à les convaincre d'envahir la Chine populaire. Il assume, en politique intérieure, des pouvoirs dictatoriaux, réprimant toute opposition politique, aidé en cela par une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ethnologue
  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  RHEE SYNGMAN ou LI SEUNG-MAN (1875-1965)  » est également traité dans :

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 267 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « De la division à la guerre de Corée »  : […] Le communiqué commun publié à la suite de la conférence entre Roosevelt, Churchill et Chang Kaishek, qui s'est tenue au Caire en novembre 1943, comporte une clause spéciale sur la Corée : « Nous reconnaissons que le peuple coréen se trouve dans un état d'esclavage et que la Corée doit être libre et indépendante en temps opportun. » À Yalta, en fév […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-histoire/#i_28848

CORÉE DU SUD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Stéphane THÉVENET
  • , Universalis
  •  • 11 360 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la république de Corée »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, l'échec des travaux du Comité mixte américano-soviétique dont l'objectif était de créer un gouvernement unique sur l'ensemble de la péninsule coréenne amena les États-Unis à porter l'affaire devant l'assemblée générale de l'O.N.U. Celle-ci adopta une résolution demandant l'organisation d'élections générales en Cor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-du-sud/#i_28848

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, Ogg LI, « RHEE SYNGMAN ou LI SEUNG-MAN (1875-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhee-li/