REPENTIR, film de Tenguiz Abouladze

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Repentir (Pokayanie en russe et Monanieba en géorgien, 1984) de Tenguiz Abouladze (1924-1994) constitue la dernière partie d'une trilogie sur l'histoire de la Géorgie ; le film fait suite à Incantation (Molba, 1968) et à L'Arbre du désir (Derevo Jelanija, 1976). À la fois tragédie et comédie sociale du totalitarisme, il peut être regardé comme le dernier volet d'un triptyque religieux ou comme un virulent pamphlet antistalinien. Il met en scène la lutte du Bien contre le Mal, qui doit voir le peuple, un jour, enfin éclairé par l'apparition d'un nouveau leader charismatique. Outrepassant les instances centralisées du Comité d'État du cinéma (Goskino) à Moscou, peu favorables à un cinéma géorgien jugé trop libre, le film est produit par la télévision de Tbilissi. Il est confié à Tenguiz Abouladze, cinéaste réputé depuis sa palme d'or du court-métrage à Cannes pour L'Âne de Magdana (Lourdja Magdany) avec Rezo Tchreidzé en 1956. Arrêté, puis menacé d'être détruit pendant le tournage, finalement censuré par les autorités soviétiques à sa sortie, Repentir devient en 1986 le film phare de la perestroïka en U.R.S.S. Son couronnement à Cannes, où il reçoit en 1987 le prix spécial du jury, lui confère alors une stature internationale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Les derniers événements

26-27 juillet 2007 France – Afrique. Visite du président Nicolas Sarkozy au Sénégal et au Gabon

« Il y a eu des fautes et il y a eu des crimes », affirme-t-il, évoquant « la traite négrière et l'esclavage », mais il réaffirme que « nul ne peut demander aux fils de se repentir des fautes de leurs pères ». Les colonisateurs « se trompaient, mais ils étaient sincères », déclare-t-il encore. Il note que « l'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur: la colonisation n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, des génocides, des dictatures, du fanatisme, de la corruption et de la prévarication ». […] Lire la suite

5-29 octobre 2004 Israël – Autorité palestinienne. Fin de l'opération Jours de repentir et départ de Yasser Arafat pour raisons de santé

, déposée par les pays arabes, qui exige l'arrêt de l'opération israélienne Jours de repentir engagée à Gaza à la fin de septembre. Le 6, dans un entretien au quotidien Haaretz, Dov Weissglass, le principal conseiller du Premier ministre israélien Ariel Sharon, déclare que « le sens du plan de désengagement [de Gaza], c'est le gel du processus de paix » afin d'empêcher « la création d'un État palestinien, [la] discussion sur les réfugiés, sur les frontières et sur Jérusalem [. […] Lire la suite

2-30 septembre 2004 Israël – Autorité palestinienne. Violences à Gaza

Le bilan de cette opération Jours de repentir est l'un des plus lourds depuis septembre 2000: trente-deux Palestiniens sont tués.  […] Lire la suite

5-22 juin 2003 Vatican. Visite du pape Jean-Paul II en Croatie et en Bosnie

Le 22, le souverain pontife se rend à Banja Luka, en République serbe de Bosnie, pour y prêcher le « pardon réciproque » et se repentir notamment pour les crimes commis dans la région, à diverses époques, par les activistes catholiques croates.  […] Lire la suite

4-23 août 1993 Japon. Reconnaissance des atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale

Le 23, dans son discours de politique générale devant la Diète, Morihiro Hosokawa exprime les « remords profonds » et le « repentir » de son pays pour l'« agression » commise par son pays et pour son « colonialisme » pendant la guerre. Cette déclaration suscite les protestations des libéraux-démocrates.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « REPENTIR, film de Tenguiz Abouladze », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/repentir/