REPENTIR, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme désignant une modification apportée à une peinture. Le repentir implique un travail beaucoup plus important que celui d'une simple retouche, car il intervient généralement pour des raisons esthétiques ou iconographiques. De nombreuses œuvres ont été modifiées, ce que révèlent la photographie aux rayons infrarouges, la radiographie (on citera deux exemples célèbres : le Noli me tangere de Titien, à la National Gallery de Londres, et la Bethsabée de Rembrandt, au musée du Louvre), souvent aussi l'aspect de la couche picturale due au repentir.

Son exécution est toujours très délicate à la peinture à l'huile, presque impossible a tempera, si l'on ne procède pas au préalable à un nettoyage très poussé de la première couche peinte. L'isolement des deux couches est en effet indispensable pour éviter le phénomène de diffluence de l'huile vers la couche sous-jacente, le risque d'embu (matité de la nouvelle couche) suivi parfois d'un phénomène de craquelures, si l'huile sèche moins vite par-dessous. La superposition de couleurs tend toujours à un obscurcissement du ton superficiel, à moins que celui-ci ne soit plus clair et plus transparent, mais, dans ce dernier cas, une réapparition de la forme sous-jacente est toujours possible. Il faut donc à la fois isoler les couches, « couvrir » sans excès, éviter l'obscurcissement ou le phénomène d'opalescence (effet optique de reflets) et de chargement non voulu d'un ton clair sur un ton beaucoup plus sombre.

Le repentir, que la technique à l'huile a encouragé, car elle permet de travailler dans le « frais », a été rendu beaucoup plus difficile avec l'emploi de l'huile non cuite et l'épaississement des couches. L'artiste doit utiliser un voile d'isolement composé de vernis à retoucher. Le repentir révèle un aspect essentiel du tempérament de l'artiste, qui, soucieux de la cohérence de l'expression finale et attentif aux valeurs sémantiques de son œuvre, n'hésite pas à la modifier en cours d'exécution.

—  Jean RUDEL

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain

Classification


Autres références

«  REPENTIR, peinture  » est également traité dans :

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples d'études et de recherches réalisées en laboratoire »  : […] L'exploration d'un tableau de chevalet se fait d'abord avec la lumière frisante, qui provoque des ombres à partir des moindres reliefs causés par des craquelures, un décollement de la couche picturale, un empâtement de la matière utilisée dans un repeint ou une pliure de la toile autrefois réduite dans son format. Les ultraviolets émis par une lampe à vapeur de mercure, ou lampe de Wood, provoquen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_29150

REMBRANDT (1606-1669)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 6 463 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Motifs, styles et techniques : un expérimentateur infatigable »  : […] En 1666, l'abbé-collectionneur Michel de Marolles vend à Louis XIV ses deux cent vingt-quatre eaux-fortes de Rembrandt, qu'il venait de recenser dans un ouvrage, et, en 1751, c'est le marchand parisien Gersaint qui en fournit aux amateurs un catalogue critique. De 1626 à 1660 environ, Rembrandt a produit quelque deux cent quatre-vingt-dix estampes jugées aujourd'hui autographes, pour lesquelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rembrandt/#i_29150

Pour citer l’article

Jean RUDEL, « REPENTIR, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/repentir-peinture/