LACOSTE RENÉ (1904-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux côtés de Toto Brugnon, Henri Cochet et Jean Borotra, le champion de tennis René Lacoste figurait parmi ceux qu'on allait appeler les « Mousquetaires ». Il compta à son palmarès, outre les deux Coupes Davis (1927 et 1928), sept tournois du Grand Chelem, soit trois Internationaux de France (1925, 1927 et 1929), deux Wimbledon (1925 et 1928) et deux Forest Hills (1926 et 1927).

Issu d'un milieu aisé, René Lacoste est né le 2 juillet 1904 à Paris. Esprit inventif, toujours en éveil, passionné par la recherche industrielle, il interrompt pourtant sa préparation à Polytechnique pour se consacrer à sa carrière de tennisman. Avec raison puisque, dès 1925, il remporte les Internationaux de France ainsi que ceux de Grande-Bretagne, avant de devenir, en 1926, le premier Français vainqueur à Forest Hills, grâce notamment à son sens tactique et à la justesse de ses coups de fond de court, délivrés avec une insolente dextérité. Des qualités exploitées et travaillées sur les conseils éclairés de la « Divine » Suzanne Lenglen.

Mais c'est sur le gazon de Philadelphie que René Lacoste accomplit son plus bel exploit en dominant, en finale de la Coupe Davis 1927, sans discussion possible, ses deux adversaires américains, dont le légendaire Bill Tilden qui, à sa sortie du terrain, compara son rival du jour à la muraille de Chine. Un hommage d'autant plus mérité que, de constitution fragile, René Lacoste souffrait depuis son adolescence d'ennuis pulmonaires qui allaient l'obliger à arrêter la haute compétition à moins de vingt-sept ans, après un dernier triomphe sur la terre battue de la porte d'Auteuil. Brevets en tête, sa vie d'inventeur pouvait commencer.

Elle allait être parfaitement réussie avec la commercialisation, en 1933, de la chemise blanche de sport à manches courtes qu'il avait eu l'idée de se faire confectionner pour mieux lutter contre la chaleur.

René Lacoste montra également son inventivité avec la fabrication de la première raquette métallique, la Wilson T2000, qui fit les beaux jours de Jimmy Connors, au jeu on ne peut plus original. Sans oublier, bien sûr, la machine à lancer des balles qu'il avait imaginée dans sa prime jeunesse, dans l'espoir d'améliorer son smash qui devait être son coup le plus redoutable avec son merveilleux revers.

Aujourd'hui l'entreprise Lacoste est connue dans le monde entier. L'origine du symbole de la marque (un petit crocodile vert cousu sur le cœur), dessiné par son ami Robert George, remonte au jour où, aux États-Unis, René Lacoste souhaita, en cas de victoire, se voir offrir par son capitaine d'équipe une valise en peau d'alligator. Défait, il ne gagna pas le bagage tant convoité mais un surnom qui devint un emblème, le passeport du bon goût et de l'élégance.

René Lacoste est mort à Saint-Jean-de-Luz, le 12 octobre 1996.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LACOSTE RENÉ (1904-1996)  » est également traité dans :

TENNIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 483 mots

1927-1932 Les « Mousquetaires » français (Jean Borotra, Henri Cochet, Jacques Brugnon, René Lacoste) remportent six fois consécutivement la Coupe Davis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tennis-reperes-chronologiques/#i_98379

Pour citer l’article

Eric CACHELOT, « LACOSTE RENÉ - (1904-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-lacoste/