COCHET HENRI (1901-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 14 décembre 1901 au Tennis-Club de Lyon dont son père était directeur-gérant, c'est sans la moindre leçon qu'Henri Cochet va forger jusqu'à treize ans, avec sa sœur pour partenaire, les rudiments de son jeu. Sa trajectoire commence en septembre 1919, voire durant ce chaud après-midi de mai 1920 où il gagne un set (13-11) contre Georges Cozon, quarante-neuf ans, le président du T.-C. Lyon ! En février 1921 déjà, il « monte » à Paris et remporte à la surprise générale, par sept jeux à cinq au cinquième set, le critérium de France (sur bois) ; cette victoire sur Jean Borotra, il la renouvelle, avec le même score, lors du critérium sur terre battue : voilà Cochet cinquième joueur français. C'est à la fin de 1922 qu'il devient le premier joueur français, après avoir remporté à Bruxelles trois titres « mondiaux » sur terre battue ainsi que le championnat national (malgré Gobert et Samazeuilh).

Les années 1923-1925 seront pour Cochet une époque de transition, malgré une double médaille d'argent remportée aux jeux Olympiques de Paris de 1924. Son ascension vers les sommets s'amorce en 1926. Vainqueur du double de Wimbledon, avec Jacques Brugnon (qu'il retrouvera à ses côtés en 1928), il ébranle surtout, pour la première fois, le géant « Big Bill » Tilden dont il vient à bout en quart de finale de Forest Hills par 8-6 au cinquième set. L'année suivante, Cochet va remporter son premier tournoi de Wimbledon d'une manière exceptionnelle : mené par Tilden en demi-finale 6-2, 6-2, 5-1, 30-0, Tilden étant au service, il aligne 17 points de suite, sauve le set par 7-5, puis termine 6-3 6-2 ; en finale, la victoire de Borotra paraît assurée (5-3 sur son service au cinquième set), mais Cochet finit par l'emporter encore une fois, 7-5 toujours !

Jacques Brugnon et Henri Cochet

Photographie : Jacques Brugnon et Henri Cochet

Deux des Mousquetaires du tennis français, Jacques Brugnon (1895-1978), à gauche, et Henri Cochet (1901-1987), vainqueurs ici en finale du double de Wimbledon, en 1926. 

Crédits : Kirby/ Getty Images

Afficher

Bill Tilden

Photographie : Bill Tilden

Le tennisman américain Bill Tilden (1893-1953), l'un des meilleurs joueurs de l'époque, a été le leader de l'équipe américaine qui remporta la Coupe Davis de 1920 à1926. 

Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Pour les « Mousquetaires », désormais réunis, l'aventure de la Coupe Davis s'est nouée en 1923 contre 1'Irlande. Les Français, dirigés par Pierre Gillou, progressent constamment. Jacques Brugnon, Jean Borotra, René Lacoste et Henri Cochet forment une équipe amicale et extrêmement soudée. Le samedi 7 septembre 1927, au Germantown and Cricket Club de Philadelphie, c'est à Cochet que revient l'honneur de jouer le simple décisif : menant 6-4, 4-6, 6-2, 5-2 avec 3 balles de match, il faiblit un instant puis se ressaisit et l'emporte par six jeux à quatre sur « Little Bill » Johnston. Les États-Unis laissent partir le Saladier d'argent vers la France.

Durant l'hiver 1927-1928, on construit le stade Roland-Garros. Désormais, et cela de 1928 à 1931, Henri Cochet sera le numéro un mondial. Vainqueur du simple des Internationaux de France en 1928, 1930 et 1932 (cinq titres avec ceux de 1922 et 1926), de Forest Hills où il bat Hunter en 1928 en 5 sets, de Wimbledon encore en 1929 où il domine Borotra en 3 sets, le voici devenu jusqu'en 1932 l'élément clé de la défense de la Coupe Davis. Le haut de sa courbe, Cochet l'atteint probablement cet après-midi de juillet 1929 où il balaye « Big Bill » Tilden 6-3, 6-1, 6-2. Juillet 1933 : Cochet s'incline enfin, mais en 5 sets, dans les deux simples d'un Challenge Round, face aux Britanniques Fred Perry et « Bunny » Austin. La Coupe Davis quitte la France. Henri Cochet passe professionnel. Merveilleux ambassadeur du tennis, il voyage. Requalifié comme amateur durant la guerre, il donnera encore du fil à retordre à ses cadets, qu'ils s'appellent Yvon Petra ou Bernard Destremau. Puis il sera, entre autres activités, l'un des enseignants et officiels les plus prisés de la Fédération française. Son génie d'attaquant, susceptible d'anticiper sur les balles les plus rapides et de transformer des demi-volées en balles gagnantes, son flegme de Lyonnais, sa résistance, sa confiance en lui en firent un joueur unique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Jacques Brugnon et Henri Cochet

Jacques Brugnon et Henri Cochet
Crédits : Kirby/ Getty Images

photographie

Bill Tilden

Bill Tilden
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : écrivain, directeur du Musée du sport français, membre de l'Académie internationale olympique

Classification

Autres références

«  COCHET HENRI (1901-1987)  » est également traité dans :

TENNIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 531 mots

2 juillet 1874 Walter Clopton Wingfield obtient un brevet pour « un court transportable et perfectionné permettant de jouer à l'ancien jeu de tennis » et crée le sphéristique ou lawn-tennis (tennis sur gazon). Wingfield est ainsi tenu comme le précurseur du tennis actuel. 1877 Première édition du tournoi de Wimbledon. 8-9 août 1900 Première Coupe Davis. 1 er  mars 1913 Fondation de la Fédérat […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DURRY, « COCHET HENRI - (1901-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-cochet/