RENÉ-JACQUES (1908-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le photographe René-Jacques est né le 29 mai 1908, sous le nom de René Giton, à Phnom Penh, où son père occupe un poste d'administrateur colonial. Il fait ses études en France, à Royan, puis au lycée Buffon à Paris. Élève sérieux, remarqué pour ses dispositions littéraires, il se passionne pour la photographie, obtenant, en 1927, un premier prix au concours de photographie amateur de Royan. Son service militaire accompli, le jeune homme entreprend les études de droit qui devraient lui ouvrir une carrière politique. Cependant, sans autre formation qu'un stage d'assistant chez le photographe Gilbert Boisgontier, il décide de faire de son loisir favori son métier, adoptant bientôt son nom d'artiste : René-Jacques.

Dans les domaines alors ouverts du portrait et du reportage, il bénéficie d'un début de notoriété, conforté par la publication, en 1932 dans L'Intransigeant, de ses images du championnat du monde de boxe. René-Jacques continue cependant ses recherches personnelles, notamment sur Paris, qu'il photographie de jour comme de nuit, dans un registre à la fois impressionniste et poétique. Remarqué pour ses compositions équilibrées, pour les tonalités subtiles de scènes de rues souvent désertes, il participe en 1933 à une exposition de groupe à la galerie de la Pléiade. Dès lors, les publications se suivent, dans Plaisir de France, dans le supplément annuel d'Arts et Métiers graphiques et dans les revues américaines U.S. Camera Annual, Fortune, Harper's Bazaar ou Photography.

Travailleur infatigable, régulièrement sollicité par la publicité qui apprécie son style élégant et novateur, René-Jacques ne renoncera jamais à son œuvre d'auteur. Des écrivains comme Léon-Paul Fargue ou Francis Carco recourent à lui pour illustrer leurs ouvrages, appréciant sa vision singulière du paysage urbain – comme si la carrière littéraire envisagée dans sa jeunesse trouvait son aboutissement dans l'expression du photographe. Le cinéma lui offre une nouvelle voie quand, en 1938-1939, il devient le photographe de plateau de Georg Wilhelm Pabst et de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

3-27 avril 2008 Haïti. Émeutes de la faim et nouveau gouvernement

Jacques-Édouard Alexis. Le 27, le président René Préval nomme au poste de Premier ministre Éricq Pierre, agronome de formation et économiste à la Banque interaméricaine de développement. Le 12 mai, la Chambre des députés lui refusera son investiture. Le 26, le président Préval désignera au poste de Premier ministre son proche conseiller Robert Manuel […] Lire la suite

9 juin 2006 Haïti. Formation d'un gouvernement

René Préval, élu en février, présente un gouvernement de large coalition dirigé par Jacques-Édouard Alexis et comprenant des ministres membres de sa formation, l'Espoir, ainsi que des cinq principaux partis représentés au Parlement. Le nouveau Premier ministre annonce le lancement d'un « programme d'apaisement social » destiné à favoriser la réintégration […] Lire la suite

15-30 mars 1998 France. Progression de la gauche aux élections régionales et cantonales et division à droite au sujet du Front national

René Garrec (U.D.F.-D.L.) en Basse-Normandie, François Fillon (R.P.R.) dans les Pays-de-la-Loire, Jean-Pierre Raffarin (U.D.F.-D.L.) en Poitou-Charentes et Lucette Michaux-Chevry (R.P.R.) en Guadeloupe. À gauche, Alain Rousset (P.S.) est élu en Aquitaine, Robert Savy (P.S.) en Limousin, Michel Delebarre (P.S.) dans le Nord-Pas-de-Calais et Antoine  […] Lire la suite

11-21 février 1998 France. Nominations au Conseil constitutionnel

René Monory, annonce la nomination de Simone Veil, ancienne présidente du Parlement européen et ancien ministre, au Conseil constitutionnel. Les mandats de Maurice Faure, de Jean Cabannes et de Jacques Robert arrivant à leur terme, le renouvellement du tiers des neuf membres du Conseil doit intervenir le 1er mars. Le 21, le président de la République […] Lire la suite

30-31 octobre 1995 Canada. Rejet par les Québécois, à une faible majorité, de la souveraineté de leur province

Jacques Parizeau de faire de leur province un État « souverain », dans le cadre d'un partenariat économique et politique avec le Canada. Le taux de participation s'élève à 93 p. 100. En mai 1980, déjà, 59,50 p. 100 des électeurs avaient repoussé une proposition similaire faite par le Premier ministre de l'époque, René Lévesque. Tandis que Jacques Parizeau […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « RENÉ-JACQUES (1908-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-jacques/