RAYMOND ou RAIMOND DE PEÑAFORT saint (1180 env.-1275)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né entre 1175 et 1185 à Villafranca del Panadés, près de Barcelone, Raymond fit ses études à la cathédrale de Barcelone, où il enseigna ensuite la rhétorique et la logique. En 1210, il partit étudier le droit à Bologne. Reçu docteur en 1216, il devint professeur, donnant gratuitement ses cours, vivant d'une pension servie par la ville. En 1218, l'évêque de Barcelone passa à Bologne. Il invita Raymond à rentrer dans son diocèse, ce qu'il fit en 1220. Il enseigna, devint chanoine, puis prévôt du chapitre, mais le vendredi saint 1222 il entrait dans l'ordre des Frères prêcheurs. Déjà, il avait résumé son enseignement du droit dans la Summa iuris ; il rédigea aussi une Summa pœnitencia ou Summa casuum, où il donnait la solution des cas de conscience les plus fréquemment soumis aux confesseurs. En 1229, le légat pontifical Jean d'Abbeville, chargé de prêcher la croisade contre les Maures, le prit comme assistant. Il fut si satisfait de lui qu'il le recommanda au pape Grégoire IX. Celui-ci appela Raymond à Rome, le nomma pénitencier et le chargea de rassembler les décisions prises par les papes depuis un siècle. C'est ainsi que furent réunies les Décrétales de Grégoire IX, promulguées en 1234, premier recueil officiel de l'ancien droit ecclésiastique. Cet ouvrage, qui poursuit la compilation dite Décret de Gratien, vieille de plus d'un siècle, contient certains textes qui remontent au ive siècle, mais les plus nombreux sont postérieurs au milieu du xiie siècle. Épuisé par le travail, Raymond rentra en Espagne en 1236. Élu maître général des Dominicains en 1238, il rédigea les constitutions de l'ordre. Il démissionna en 1240 et continua son apostolat. Pour faciliter les rapports avec les juifs, il provoqua la fondation à Tunis d'une école de langues orientales. C'est lui qui aurait suggéré à Thomas d'Aquin d'écrire sa Somme contre les gentils pour aider les missionnaires. Raymond mourut à Barcelone. Sa fête, longtemps célébrée le 23 janvier, a été ramenée dans le nouveau calendrier au 7 janvier, sa place primitive. Une légende raconte que Raymond aurait fait la traversée des Baléares à Barcelone sur son manteau ; cet épisode a donné lieu à de fréquentes représentations.

—  Jacques DUBOIS

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  RAYMOND ou RAIMOND DE PEÑAFORT saint (1180 env.-1275)  » est également traité dans :

INQUISITION

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX, 
  • Yves DOSSAT
  •  • 5 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les tribunaux et les juges »  : […] 1260, Gui Foucois, le futur pape Clément IV. Très vite, ils eurent à leur disposition des manuels, d'abord simples recueils de formules (le plus ancien, en 1242, est dû au dominicain Raimond de Pennafort, pour l'Aragon), puis de véritables traités raisonnés, comme la célèbre Pratica Inquisitionis de l'inquisiteur toulousain Bernard Gui (1324 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inquisition/#i_22974

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « RAYMOND ou RAIMOND DE PEÑAFORT saint (1180 env.-1275) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-raimond-de-penafort/