BUSSIÈRES RAYMOND (1907-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans la présence de Raymond Bussières – dit Bubu – dans quelque cent trente films, le cinéma français aurait probablement un visage différent. Affirmation paradoxale pour parler d'un comédien qui ne joua, dans sa carrière, que les rôles dits de composition ou de second plan. À peine ! Au même titre que Carette, Jean Tissier, Pierre Larquey ou Saturnin Fabre – pour ne citer que les plus fameux – Raymond Bussières faisait partie de ces comédiens irremplaçables, capables de jouer tous les personnages, dans un registre allant de l'humour à l'émotion. Il sut donner une touche d'authenticité à bien des films de série, les empêchant ainsi de sombrer dans l'oubli.

Livré à lui-même, Bussières se contentait d'être excellent... Dirigé par Clouzot (L'assassin habite au 21, 1941 ; Quai des Orfèvres, 1947), Carné (Les Portes de la nuit, 1946), Becker (Casque d'Or, 1952), Cayatte (Justice est faite, 1950) ou René Clair (Les Belles de Nuit, 1953 ; Porte des Lilas, 1957), il a prouvé qu'il valait beaucoup mieux que l'image stéréotypée – le « prolo » des boulevards, au verbe haut, à la casquette vissée sur le crâne et à la cigarette inamovible – dans laquelle des réalisateurs sans imagination l'avaient catalogué une fois pour toutes. Il est vrai – bien sûr – qu'il incarnait à merveille, au cinéma comme dans la vie, le « titi » parisien, lui qui était né à Ivry-la-Bataille, dans l'Eure !

Rien ne destinait Raymond Bussières au cinéma et au théâtre. Après le baccalauréat, il devient dessinateur topographe à la préfecture de la Seine, emploi qu'il conservera jusqu'en 1941. Sa rencontre avec Jacques et Pierre Prévert sera déterminante. « J'avais vingt ans quand la révolution russe en avait dix et que j'ai rencontré Prévert. C'est lui qui m'en a parlé comme il le fallait et qui m'a fait basculer à gauche », dira Bussières. En plein Front populaire, le futur Bubu découvre le théâtre, en amateur, avec le groupe Octobre, dont il est un des fondateurs, avec les Prévert, Marcel Duhamel, Paul Grimault, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Robert de LAROCHE, « BUSSIÈRES RAYMOND - (1907-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-bussieres/