RASHĪD RIḌĀ (1865-1935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien, journaliste et propagateur de la réforme (islāh) de l'islam. Né à al-Qalamūn, village côtier proche de Tripoli (Liban), alors province ottomane, Rashīd Riḍā appartient à une famille descendant du Prophète (ashrāf) ; il fait à Tripoli de bonnes études dans la ligne de la tradition religieuse classique, tout en s'ouvrant, notamment grâce aux œuvres d'al-Ghāzāli, aux doctrines mystiques et au soufisme. La lecture du Lien indissoluble (revue publiée à Paris par al-Afghāni et ‘Abdūh, 1884 ; dix-huit numéros seulement sont parus) éveille sa vocation de propagandiste de la résistance politico-culturelle de l'islam face à l'invasion occidentale. En 1897, il rejoint le shaykh ‘Abdūh au Caire, se fait son disciple et publie, pour diffuser ses idées, Le Phare (al-Manār), revue bimensuelle ou mensuelle selon les circonstances, qui prend, en quelque sorte, la suite du Lien indissoluble mais qui est réformiste et non plus révolutionnaire. Face à la fois aux occidentalistes laïcistes, aux conservateurs immobilistes et aux impérialismes européens, le Manār (trente-cinq volumes parus jusqu'en 1935), qui jouit d'une audience considérable dans le monde musulman tout entier, propose de ranimer un islam purifié, ramené à ses origines (conçues de façon largement mythique) ; son programme est à la fois religieux, politique et culturel. Riḍā publie beaucoup d'ouvrages de théologie, d'apologétique, de droit, de doctrine politique, souvent sous forme d'articles dans sa revue et édités à part ensuite ; le plus connu, Le Commentaire du Manār (Tafsīr al-Manār), en douze volumes, a pour noyau initial des cours d'exégèse coranique donnés par le shaykh ‘Abdūh au Caire.

—  Gilbert DELANQUE

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien membre scientifique de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire, chargé d'enseignement à l'Institut de linguistique générale et d'études orientales et slaves de l'université de Provence

Classification


Autres références

«  RASHID RIDA (1865-1935)  » est également traité dans :

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir exécutif : « imāma » suprême ou califat »  : […] Rashīd Riḍā et, avec lui, d'autres réformistes contemporains soulignèrent les valeurs « démocratiques » impliquées par de telles conceptions. Au cours de l'histoire, elles ont pu s'effacer devant des pratiques dynastiques où le souverain régnant, représentant suprême des « gens qui délient et lient », désigne l'un des membres de sa famille pour lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_30780

TAFSĪR

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 1 566 mots

Mot arabe qui signifie explication, commentaire (du verbe fassara, « expliquer ») et qui a pour synonyme sharḥ, tafsīr désigne une forme de commentaires d'ouvrages très divers en matière de science et de philosophie. Mais la terminologie arabo-musulmane semble avoir distingué le sens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tafsir/#i_30780

Pour citer l’article

Gilbert DELANQUE, « RASHĪD RIḌĀ (1865-1935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rashid-rida/