RĀMĀTHIBODI Ier (1312?-1369) roi du Siam (1350-1369)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rāmāthibodi Ier est aussi appelé dans certains ouvrages Rāmādhipata Ier. On ignore son nom, celui de son père, son lieu de naissance, et il n'apparaît dans l'histoire que vers l'âge de trente-cinq ans. Prince d'U Tong, il fonde en 1347, sur le Menam Chao Praya, la future capitale du Siam, la grande cité d'Ayuthia. En 1349 il soumet Lü Thai, le roi de Sukhothai. L'année suivante il se fait sacrer roi. En 1352 il ordonne contre le royaume khmer une expédition qui, d'abord malheureuse, aboutit ensuite à la prise de la capitale et à la mise sous tutelle de ce pays. En 1354, une nouvelle campagne victorieuse est menée contre Sukhothai. À la fin de sa vie, Rāmāthibodi Ier gouverne directement un pays comprenant la basse vallée du Menam Chao Praya et le nord de la péninsule malaise, et sa suzeraineté s'étend au sud jusqu'à Malacca, au nord sur le royaume de Sukhothai et à l'est sur le pays khmer. Il meurt à cinquante-sept ans, disent les annales, en laissant le trône à son fils Ramesuen. Il a fait construire de nombreux édifices bouddhiques et a laissé une œuvre juridique considérable, en particulier huit textes concernant les témoignages, les atteintes contre l'État (y est inclus le cas des dignitaires qui oppressent ou spolient la population), la recevabilité des plaintes, les rapts, les crimes contre le peuple, le vol, le mariage, et des questions diverses (atteinte au droit d'irrigation, sorcellerie, nécromancie...). Ce roi a enfin posé les fondements de ce qui allait devenir l'organisation socio-politique du Siam durant des siècles, en reprenant à son compte la tradition de la monarchie angkorienne : le roi devient une sorte de Bouddha vivant qui n'apparaît que rarement, un cérémonial complexe est adopté, les textes édictés puisent largement dans les anciennes lois khmères.

—  Pierre-Bernard LAFONT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAMATHIBODI I er (1312?-1369) roi du Siam (1350-1369)  » est également traité dans :

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 808 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Révolution et ruine »  : […] Une véritable révolution s'ensuivit. Le culte du dieu-roi fut aboli, et si le roi conserva des brahmanes à la cour, ce fut surtout par respect pour des rites millénaires. La nouvelle dynastie rompit en effet avec l'hindouisme et écarta l'aristocratie indianisée. Une nouvelle élite apparut. Le bouddhisme Hinayana devint le culte officiel. Le pāli se substitua partout au sanskr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cambodge/#i_47733

THAÏLANDE

  • Écrit par 
  • Jean BOISSELIER, 
  • Achille DAUPHIN-MEUNIER, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Christian TAILLARD, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 24 707 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le royaume de Sukhothai (1220-1349) »  : […] Au début du xiii e  siècle, le Cambodge étendait son autorité sur le pays que l'on nomme aujourd'hui la Thaïlande, et qui était divisé en deux principautés môn-khmères. Sa frontière du nord-ouest était bordée par de petits établissements thais indépendants. Suivant le cours des affluents du Ménam, des Thais, en groupes plus ou moins compacts, s'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thailande/#i_47733

Pour citer l’article

Pierre-Bernard LAFONT, « RĀMĀTHIBODI Ier (1312?-1369) roi du Siam (1350-1369) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramathibodi-ier/