PUYI [P'OU-YI] (1906-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Puyi, le dernier empereur

Puyi, le dernier empereur
Crédits : Hulton Getty

photographie

Incident de Moukden

Incident de Moukden
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie


Né à Pékin, Puyi, fils du prince Chun et neveu de l'empereur Guangxu, prend la succession de celui-ci à l'âge de trois ans, le 2 décembre 1908. La régence est d'abord assurée par le prince Chun puis par la veuve de l'empereur défunt, Long Yu. La République chinoise est proclamée le 1er janvier 1912. Long Yu signe le décret d'abdication au nom de l'empereur le 12 février de la même année. Ainsi prend fin la dernière dynastie du plus vieil Empire du monde, celle des Mandchous, les Qing, dont Puyi était le dernier représentant.

Puyi, le dernier empereur

Puyi, le dernier empereur

Photographie

Puyi, qui sera le dernier empereur de Chine, sur les genoux de son père, le prince Chun, en 1908. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Celui-ci garde néanmoins un statut privilégié : il réside dans la Cité interdite, reçoit une pension annuelle de quatre millions de taels et conserve son titre dynastique, Da Qing Huangdi. Le 1er juillet 1917, un groupe de politiciens tente de restaurer l'Empire mandchou et place Puyi sur le trône. Il en est chassé douze jours plus tard. Il reçoit alors une éducation moderne et apprend l'anglais. Il se marie fastueusement en 1922. Chassé de la Cité interdite par le général Feng Yuxiang, il s'installe dans la concession japonaise de Tianjin et se rend en 1928 au Japon où il est question d'une éventuelle restauration.

Après l'incident de Moukden (18 sept. 1931), les Japonais lui assurent qu'ils n'ont aucune visée sur la Mandchourie et souhaitent seulement favoriser la création d'un nouvel État indépendant dont il serait l'empereur. Puyi se rend alors dans le sud de la Mandchourie et accepte de devenir le chef du nouvel État, à la condition qu'une monarchie soit instaurée avant un an. Il s'installe dans sa nouvelle capitale, Changchun (Xinjing), le 1er mars 1932. Le gouvernement de Nankin l'accuse immédiatement de haute trahison. Puyi devient empereur du « Manzhouguo » en mars 1934. Son rôle est strictement limité au domaine du cérémonial, et ce au moment même où l'importance stratégique de « son » État se révèle de plus en plus décisive dans la mesure où il fournit les matières premières [...]

Incident de Moukden

Incident de Moukden

Photographie

Après avoir provoqué un incident près de Moukden, le 18 septembre 1931, les troupes japonaises envahissent la Mandchourie. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PUYI [ P'OU-YI ] (1906-1967)  » est également traité dans :

LUO ZHENYU [LO TCHEN-YU] (1866-1940)

  • Écrit par 
  • Lucie RAULT
  •  • 415 mots

Appelé Shunyun et surnommé Xuetang, archéologue et bibliographe de renom, Luo Zhenyu est originaire de Huai'an (Jiangsu). Après une éducation modeste, il obtient en 1881 un emploi d'aide-magistrat qu'il occupe jusqu'au premier conflit sino-japonais. En 1896, animé par le désir de contribuer à l'édification d'une Chine plus forte, il fonde à Shangha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luo-zhenyu-lo-tchen-yu/#i_49020

Pour citer l’article

Claude HUDELOT, « PUYI [P'OU-YI] (1906-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/puyi-p-ou-yi/