PSYCHOMACHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le genre psychomachique naît de la rhétorique de l'Antiquité tardive, et plus particulièrement de la Psychomachie de l'Espagnol Prudence (348-env. 410) ; celle-ci raconte le combat allégorique des vertus et des vices représentés comme des héros de l'épopée classique ; parmi les vices sont rangés les dieux païens ; la victoire de chaque vertu sur le vice correspondant est figurée par un personnage de l'Ancien Testament ; le Christ donne aux vertus la victoire finale, symbole du triomphe du christianisme sur le monde païen : l'enjeu de la guerre est aussi bien l'Église que l'âme individuelle. Cette œuvre, pour nous fade, a eu un succès immense pendant tout le Moyen Âge : on la recopie, on la glose ; les imitations abandonnent le sens historique, dépassé, et la typologie, réservée à l'exégèse biblique. De semblables imitations prolifèrent au xiie siècle : les dieux païens disparaissent très vite dans l'Anticlaudianus d'Alain de Lille (1182-1183), où la victoire des vertus est annonciatrice d'un âge d'or à venir. En langue vulgaire, la tradition lyrique courtoise abandonne la forme humaine dans les psychomachies : le troubadour Marcabru lie le combat des vertus (Prix, Joie, Jeunesse) et des vices à la laudatio temporis acti. Dans le roman, des abstractions (Sagesse, Amour, Raison) se disputent l'âme des héros amoureux en des dialogues complètement intériorisés : pendant des siècles, la rhétorique a tenu la psychologie à bout de bras ; le début du xiiie siècle lui donne son autonomie. Le Roman de la Rose (1237) de Guillaume de Lorris renoue dans le cadre du songe avec la représentation sous forme humaine des abstractions psychologiques ; mais le sens allégorique, toujours promis, jamais livré, doit être cherché derrière l'histoire fictive et non dans chaque figure prise une à une. La littérature religieuse conserve longtemps ce genre, qui pourtant s'affadit très tôt.

—  Jean-Pierre BORDIER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PSYCHOMACHIE  » est également traité dans :

PRUDENCE, lat. AURELIUS PRUDENTIUS CLEMENS (348 env.-env. 410)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 423 mots

Né à Calagurris (Calahorra), en Espagne, il eut une brillante carrière juridique et politique ; deux fois gouverneur de province en Espagne, il exerça de hautes fonctions à la cour de Théodose II. Retiré du monde, il se voua à la piété et à la composition de poèmes chrétiens. Le Cathemerinon ( Hymnes de chaque jour ) est un recueil d'hymnes, en mètres l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prudence-lat-aurelius-prudentius-clemens/#i_47059

Pour citer l’article

Jean-Pierre BORDIER, « PSYCHOMACHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychomachie/