CHAPERONNES PROTÉINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle « molécules chaperonnes » (Laskey, 1978) des protéines dont le rôle est d'éviter, chez d'autres protéines, des « écarts de conduite » comme le faisaient autrefois auprès des jeunes filles des personnes que l'on appelait « chaperons » Elles participent ainsi à des fonctions vitales essentielles : résistance au stress, maintien de la conformation correcte des protéines, trafic intracellulaire.

Les protéines chaperonnes, universellement rencontrées dans toutes les cellules, procaryotes et eucaryotes, ont dû apparaître très tôt au cours de l'évolution. La fragilité de la vie trouve en elles un puissant agent de protection jouant un rôle clé dans la structuration cellulaire.

Tout stress, même léger, est dénaturant pour les protéines, car, si la renaturation d'une protéine reste un phénomène thermodynamiquement spontané aux températures de 20 0C, en solution diluée et pour des chaînes polypeptidiques courtes (une centaine d'acides aminés), il en va tout autrement aux températures physiologiques (30-40 0C), en solution concentrée. C'est le cas du milieu cellulaire et, a fortiori, pour de longues chaînes polypeptidiques. Des agrégats, résultant d'interactions hydrophobes, prennent alors naissance in vitro.

Or on sait depuis l'étude des chocs thermiques sur des tissus vivants, dès les années 1960, que toute condition de stress induit l'expression d'un certain nombre de gènes entraînant la synthèse d'une catégorie de protéines dites de stress (chaperonines et chaperonnes de 70 kilodaltons, ou kDa, le dalton valant 1,67 × 10—24 g) qui, en empêchant probablement la formation de liaisons hydrophobes, facilitent la renaturation des protéines.

Présentes chez les micro-organismes, mais aussi dans la matrice des mitochondries et le stroma des chloroplastes, elles présentent une étroite parenté de structure et de fonction : on dit qu'elles sont homologues. Cela n'a rien d'étonnant, car, selon la théorie endos [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de biochimie à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  CHAPERONNES PROTÉINES  » est également traité dans :

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La nature des agents transmissibles non conventionnels »  : […] Deux grandes séries d'hypothèses ont été envisagées par la communauté scientifique : les hypothèses dites « virales » et les hypothèses dites « protéiques ». Bien que les théories protéiques ne puissent pas expliquer l'ensemble des observations et des résultats expérimentaux, la présence d'un virus conventionnel est considérée comme hautement improbable par la majorité des scientifiques. Néanmoin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encephalopathies-spongiformes/#i_85471

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 601 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les agrégats protéiques »  : […] Les tableaux cliniques et les gènes incriminés dans les MND sont nombreux. Cependant, les mécanismes responsables de la dégénérescence neuronale semblent communs à une grande majorité de ces maladies. Une caractéristique commune est l'existence dans le système nerveux d'agrégats fibrillaires de protéines « mal repliées », constituant des dépôts amyloïdes (ou plaques amyloïdes) dans les cellules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-neurodegeneratives/#i_85471

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 685 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le repliement dans l'environnement biologique »  : […] Des différences fondamentales distinguent les mécanismes du repliement in vivo (repliement de novo ) de ceux du repliement in vitro (renaturation). Tout d'abord, les concentrations intracellulaires en protéines totales sont élevées (200-300 g.L 1 ), ce qui augmente de plusieurs ordres de grandeurs les constantes d'association entre molécules. Dans cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_85471

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Liaison de l'androgène au récepteur »  : […] En l'absence d'hormone, le récepteur des androgènes se trouve dans le cytoplasme de la cellule cible à l'état inactivé par suite du masquage des sites de liaison avec l'hormone et ceux de fixation à l'ADN par trois protéines dites chaperonnes (les protéines de choc thermique HSP). Les protéines chaperonnes joueraient un rôle dans la localisation cytoplasmique du récepteur. Il est maintenant admis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_85471

Pour citer l’article

Roger DURAND, « CHAPERONNES PROTÉINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines-chaperonnes/