CHAPERONNES PROTÉINES

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La nature des agents transmissibles non conventionnels »  : […] Deux grandes séries d'hypothèses ont été envisagées par la communauté scientifique : les hypothèses dites « virales » et les hypothèses dites « protéiques ». Bien que les théories protéiques ne puissent pas expliquer l'ensemble des observations et des résultats expérimentaux, la présence d'un virus conventionnel est considérée comme hautement improbable par la majorité des scientifiques. Néanmoin […] Lire la suite

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 601 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les agrégats protéiques »  : […] Les tableaux cliniques et les gènes incriminés dans les MND sont nombreux. Cependant, les mécanismes responsables de la dégénérescence neuronale semblent communs à une grande majorité de ces maladies. Une caractéristique commune est l'existence dans le système nerveux d'agrégats fibrillaires de protéines « mal repliées », constituant des dépôts amyloïdes (ou plaques amyloïdes) dans les cellules […] Lire la suite

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 683 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le repliement dans l'environnement biologique »  : […] Des différences fondamentales distinguent les mécanismes du repliement in vivo (repliement de novo ) de ceux du repliement in vitro (renaturation). Tout d'abord, les concentrations intracellulaires en protéines totales sont élevées (200-300 g.L 1 ), ce qui augmente de plusieurs ordres de grandeurs les constantes d'association entre molécules. Dans cet environnement physico-chimique plutôt défavora […] Lire la suite

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Liaison de l'androgène au récepteur »  : […] En l'absence d'hormone, le récepteur des androgènes se trouve dans le cytoplasme de la cellule cible à l'état inactivé par suite du masquage des sites de liaison avec l'hormone et ceux de fixation à l'ADN par trois protéines dites chaperonnes (les protéines de choc thermique HSP). Les protéines chaperonnes joueraient un rôle dans la localisation cytoplasmique du récepteur. Il est maintenant admis […] Lire la suite


Affichage 

Mécanisme d'accumulation des protéines anormales dans le tissu nerveux

Mécanisme d'accumulation des protéines anormales dans le tissu nerveux

dessin

Le système de « surveillance » (protéines chaperonnes, système ubiquitine-protéasome ou UPS, système phagosome-lysosome) est chargé de limiter l'accumulation de protéines mal repliées, dans les espaces extracellulaires ou dans les neurones eux-mêmes (d'après : Forman et al, « Nat Med... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mécanisme d'accumulation des protéines anormales dans le tissu nerveux

Mécanisme d'accumulation des protéines anormales dans le tissu nerveux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin