PROCÉDURE CRIMINELLE, Ancien Régime

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La principale caractéristique de la procédure criminelle française, des Temps modernes à la Révolution, était d'accorder un rôle prépondérant au lieutenant criminel. Les droits de l'inculpé à se défendre étaient, par là, fort fragiles, ce qui apparaît à l'étude des trois grandes phases du procès : l'information, l'instruction préparatoire et le jugement.

L'information s'ouvrait lorsque le plaignant, se portant partie civile, ou, le plus souvent, le procureur du roi, saisissait le lieutenant criminel. Mais le lieutenant criminel pouvait encore se saisir lui-même en vertu de l'adage : « Tout juge est procureur général. » Le lieutenant criminel procédait alors aux constatations et rassemblait les premières preuves. Désormais, ce serait lui qui intenterait le procès. Il entendait alors secrètement la victime, puis les témoins ; il communiquait ensuite son dossier au procureur du roi, qui prenait ses conclusions. À ce moment, si les charges paraissaient insuffisantes, le dossier était clos et, à supposer (ce qui était le cas le plus fréquent) que le suspect ait été arrêté, celui-ci était élargi. Mais si les faits paraissaient établis, le renvoi à l'audience pouvait être ordonné, quelle qu'ait été l'importance de la faute commise et quelle que soit la peine encourue, et la procédure suivait son cours. Lorsque le suspect n'était pas incarcéré, le lieutenant criminel pouvait décerner un décret d'assigné pour être ouï, d'ajournement personnel ou de prise de corps. Le suspect était alors placé en détention provisoire et devenait inculpé.

L'interrogatoire de l'inculpé devait avoir lieu immédiatement après l'exécution du décret, ou dans les vingt-quatre heures suivant l'arrestation. L'inculpé s'expliquait alors seul, sans l'assistance de défenseurs, et surtout après avoir prêté serment de dire la vérité. Lorsque l'accusé refusait de prêter serment, ou même de répondre, on « lui faisait son procès comme à un muet volontaire » : le juge interpellait trois fois l'accusé d'avoir à répondre, et l'avertissait trois fois sur les conséquences de son mutisme. Devant la persistance de l'accusé à ne pas vouloir répondre ou prêter serment, le juge passait alors outre, constatant cependant, chaque fois que cela était possible au cours de la procédure, que l'accusé refusait de parler. Tous les actes de la procédure restaient alors valables. Il en était ainsi même si, par la suite, l'accusé sortait de son mutisme. L'interrogatoire, une fois écrit, était transmis au procureur du roi. L'importance de l'affaire était alors considérée. Si celle-ci était minime, le lieutenant criminel convertissait la procédure en procès ordinaire, et on renvoyait à l'audience. Si elle ne l'était pas, et notamment si elle était de nature à entraîner l'application de peines corporelles ou infamantes, le procès pouvait être réglé suivant la procédure extraordinaire. Alors s'ouvrait l'instruction préparatoire.

Le lieutenant criminel procédait au récolement des témoins, hors de la présence de l'inculpé. Il procédait en fait à la lecture aux témoins de leur première déposition et leur demandait s'ils persistaient ou non en leurs allégations. Les témoins étaient aussitôt confrontés à l'accusé, qui pouvait alors, le cas échéant, formuler des reproches, ou des faits susceptibles d'affaiblir la déposition des témoins. C'était la seule occasion donnée à l'accusé de saisir l'accusation. Les pièces étaient ensuite communiquées au procureur, qui prenait des conclusions définitives. L'inculpé devenait alors accusé. Le procès venait alors devant le tribunal entier (lieutenant criminel et assesseurs) : l'accusé était interrogé. La plupart du temps, la question était ordonnée ; il s'agissait alors de la question préparatoire, destinée à obtenir l'aveu de l'accusé : l'accusé prêtait serment et était interrogé trois fois : avant, pendant et après la torture. Seul un aveu persistant et réitéré après la torture valait preuve certaine. Aucun conseil n'assistait l'accusé pendant l'instruction préparatoire. À la fin de celle-ci s'ouvrait la phase du jugement.

Ici encore, la procédure était secrète. Chaque pièce était lue ; chaque preuve, examinée. L'accusé n'était pas jugé suivant l'intime conviction, mais suivant un système de preuves légales. Le jugement de condamnation était alors prononcé à huis-clos, puis lu à l'accusé. Procès-verbal de cette lecture était dressé. En cas de jugement de condamnation, le condamné subissait la question « préalable », [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PROCÉDURE CRIMINELLE, Ancien Régime  » est également traité dans :

QUESTION PRÉPARATOIRE & QUESTION PRÉALABLE

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 155 mots

La torture ou question était sous l'Ancien Régime un moyen d'instruction couramment utilisé, même si l'ordonnance criminelle de 1670 en limitait l'usage aux cas les plus graves. La question préparatoire était appliquée à l'accusé afin d'obtenir de lui des aveux. Précédant l'exécution, la question préalable était appliquée au condamné afin qu'il révélât le nom de ses complices. Si la question prépa […] Lire la suite

Les derniers événements

20 avril 1994 France. Condamnation de Paul Touvier à la réclusion à perpétuité

La cour d'assises des Yvelines condamne à la réclusion criminelle à perpétuité Paul Touvier, ancien chef du service de renseignement de la Milice de Lyon, dont le procès avait débuté le 17 mars. Accusé d'avoir été complice de l'assassinat de sept otages juifs fusillés par les Allemands à Rillieux-la-Pape, en juin 1944, en représailles à la suite de l'exécution de Philippe Henriot, secrétaire d'État à l'Information et à la Propagande du régime de Vichy, Paul Touvier est le premier Français à être reconnu coupable de crime contre l'humanité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël GREGOGNA, « PROCÉDURE CRIMINELLE, Ancien Régime », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/procedure-criminelle-ancien-regime/