PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2014

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prix Nobel de physique 2014 a été décerné à trois physiciens japonais spécialistes de l’optoélectronique, ce domaine de la science des matériaux qui conçoit et étudie des composants électroniques capables d’émettre ou de détecter des signaux lumineux. Isamu Akasaki (né le 30 janvier 1929 à Chiran), Hiroshi Amano (né le 11 septembre 1960 à Hamamatsu) et Shuji Nakamura (né le 22 mai 1954 à Ikata) sont récompensés pour avoir réussi à fabriquer des diodes électroluminescentes (L.E.D., pour light emitting diode) de couleur bleue.

Si les premières diodes à spectre visible ont été réalisées dès 1962, les couleurs de leurs rayonnements – le rouge, le jaune ou le vert – ne permettaient pas de tirer parti de leurs avantages – et en particulier de leur basse consommation – pour fabriquer des dispositifs d’éclairage blancs. Le défi que présentait la réalisation d’une L.E.D. bleue, qu’un revêtement luminophore peut transformer en source blanche, mobilisa donc les physiciens pendant plusieurs décennies.

Les techniques de croissance contrôlée des cristaux s’améliorèrent considérablement dans les années 1970. L’épitaxie en phase vapeur, malgré sa lenteur et son coût, permet en particulier de déposer des couches minces semi-conductrices par action d’un gaz sur un substrat approprié. Dès 1974, Akasaki contribue au développement de cette méthode dans le cadre du centre de recherche Matsushita à Tōkyō. En 1981, il est nommé professeur à l’université de Nagoya et concentre ses efforts sur la production du nitrure de gallium (GaN). Dans leur laboratoire d’électronique de cette université, Akasaki, Amano et leurs collaborateurs utilisent et perfectionnent la croissance des cristaux par épitaxie en faisant agir une vapeur organométallique sur divers substrats. En 1986, ils réussissent à obtenir des échantillons de cristaux de GaN de haute qualité optique ; la croissance cristalline y est provoquée sur une couche de nitrure d’aluminium (AlN), elle-même déposée sur un saphir (un oxyde d’aluminium de formule A [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2014 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physique-2014/