Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall Fiche de lecture

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Temps et bien-être

La théorie marshallienne de la valeur repose avant tout sur l'analyse des conditions de l'offre. Le prix d'offre normal de chaque bien est le prix auquel une certaine quantité peut être fournie durablement au marché. C'est ici qu'intervient la distinction en termes de périodes, faisant correspondre à chaque période un ensemble différent de variables et de paramètres. Pour „l'équilibre temporaire“, la quantité offerte est prédéterminée. Pour „l'équilibre de courte période“, les facteurs de production sont fixes, mais peuvent être utilisés plus intensivement. Pour „l'équilibre de longue période“, tous les facteurs sont variables.

Marshall met en œuvre cette périodisation dans son analyse de la valeur. Dans le long terme, l'entreprise représentative d'une industrie croît avec cette industrie et bénéficie généralement d'externalités positives engendrées par les autres entreprises mais aussi d'économies d'échelle internes dues à l'augmentation de la taille moyenne de chaque entreprise, ce qui contribue globalement à la baisse du coût moyen de production. Le prix d'équilibre de long terme est donc donné par l'intersection d'une courbe de demande de marché décroissante et d'une courbe d'offre également décroissante. Il est stable lorsque le prix de demande est supérieur au prix d'offre pour des quantités supérieures aux quantités d'équilibre. Cette théorie de l'équilibre de long terme tend en définitive à rétablir le rôle des coûts de production dans la valeur (conception classique), à côté de l'explication par la théorie de l'utilité (conception néo-classique). D'un point de vue plus pragmatique, la distinction des périodes est un outil largement utilisé, sans doute la contribution la plus durable de Marshall à la théorie économique.

Au-delà, l'influence des Principes est plus indirecte. Ainsi, la théorie du surplus devait guider une théorie du bien-être collectif, utilitariste dans son esprit, qui suppose d'agréger les surplus individuels. Cette perspective cardinaliste est abandonnée par la nouvelle économie du bien-être (Abraham Bergson, Kenneth Arrow) qui s'appuie sur la notion d'optimum de Pareto.

La postérité de Marshall tient aussi à l'importance reconnue aux organisations économiques, un thème de recherche qu'il développe particulièrement dans les Elements of Economics of Industry (1892) et dans Industry and Trade (1919).

— Jean-Sébastien LENFANT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Jean-Sébastien LENFANT. PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

    • Écrit par
    • 5 551 mots
    ...avec la nomination d'Alfred Marshall à Cambridge et celle de Francis Ysidro Edgeworth à Oxford. Marshall possède une formation de mathématicien et ses Principes d'économie politique qui paraissent en 1890, malgré un hommage appuyé à David Ricardo, sont dans la ligne de Jevons et de Walras et...
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

    • Écrit par
    • 8 689 mots
    • 10 médias
    Alfred Marshall (1890, Principes d'économie politique) opéra une synthèse entre cette révolution de l'analyse de la demande et la théorie classique de l'offre, elle-même modifiée par la prise en compte de rendements d'échelle décroissants, ou croissants. Outre le consensus sur le rôle de la demande,...
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

    • Écrit par
    • 2 035 mots
    • 1 média
    ...économie politique. Mais plutôt si les théories du capital, de l'intérêt et de la répartition peuvent être abordées avec les outils du marginalisme. Les Principes de Marshall proposent une réponse synthétique à ces questions, et s'affirment rapidement comme une œuvre charnière, qui ouvre de nouveaux thèmes...
  • MARSHALL ALFRED (1842-1924)

    • Écrit par
    • 1 057 mots

    La pensée d'Alfred Marshall, fondateur et principal théoricien de l'école néo-classique, premier représentant de l'« école de Cambridge », apparaît comme le trait d'union entre l'économie politique classique (Smith, Ricardo et J. S. Mill) et l'économie contemporaine ; en outre, c'est auprès de...