PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred MarshallFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Temps et bien-être

La théorie marshallienne de la valeur repose avant tout sur l'analyse des conditions de l'offre. Le prix d'offre normal de chaque bien est le prix auquel une certaine quantité peut être fournie durablement au marché. C'est ici qu'intervient la distinction en termes de périodes, faisant correspondre à chaque période un ensemble différent de variables et de paramètres. Pour „l'équilibre temporaire“, la quantité offerte est prédéterminée. Pour „l'équilibre de courte période“, les facteurs de production sont fixes, mais peuvent être utilisés plus intensivement. Pour „l'équilibre de longue période“, tous les facteurs sont variables.

Marshall met en œuvre cette périodisation dans son analyse de la valeur. Dans le long terme, l'entreprise représentative d'une industrie croît avec cette industrie et bénéficie généralement d'externalités positives engendrées par les autres entreprises mais aussi d'économies d'échelle internes dues à l'augmentation de la taille moyenne de chaque entreprise, ce qui contribue globalement à la baisse du coût moyen de production. Le prix d'équilibre de long terme est donc donné par l'intersection d'une courbe de demande de marché décroissante et d'une courbe d'offre également décroissante. Il est stable lorsque le prix de demande est supérieur au prix d'offre pour des quantités supérieures aux quantités d'équilibre. Cette théorie de l'équilibre de long terme tend en définitive à rétablir le rôle des coûts de production dans la valeur (conception classique), à côté de l'explication par la théorie de l'utilité (conception néo-classique). D'un point de vue plus pragmatique, la distinction des périodes est un outil largement utilisé, sans doute la contribution la plus durable de Marshall à la théorie économique.

Au-delà, l'influence des Principes est plus indirecte. Ainsi, la théorie du surplus devait guider une théorie du bien-être collectif, utilitariste dans son esprit, qui suppose d'agréger les surplus individuels. Cette perspective cardinaliste est abandonnée par la nouvelle é [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : maître de conférences en sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'éclosion des chaires d'économie »  : […] L'année 1871 va marquer une rupture. À trois titres. En Angleterre, William Stanley Jevons publie sa Théorie de l'économie politique, où l'essentiel de son propos est assis sur des raisonnements mathématiques. Depuis un an, un Français, Léon Walras, enseigne à Lausanne une économie dont il a trouvé la substance dans les écrits d'Antoine Augustin Cournot, un ancien ami de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_29484

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution marginaliste »  : […] Parallèlement, en Angleterre avec Stanley Jevons (1871, Théorie de l'économie politique ), en Autriche avec Carl Menger (1871, Grundzätze der Volkswirtschaftslehre [ Principes d'économie politique ]) et en France avec Léon Walras (1874, Éléments d'économie politique pure ), on assiste à une révolution dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_29484

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois auteurs, trois traditions »  : […] Rétrospectivement, c'est Jevons qui nous apparaît comme le plus marginaliste des marginalistes. Son système théorique est, de tous, le plus directement relié à la tradition utilitariste et au projet de fonder une théorie des prix à partir des principes de l'utilité marginale décroissante et de la peine marginale croissante (le travail est de plus en plus pénible). Ces caractéristiques se retrouven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marginalisme/#i_29484

MARSHALL ALFRED (1842-1924)

  • Écrit par 
  • Jean MATHIOT
  •  • 1 058 mots

La pensée d'Alfred Marshall , fondateur et principal théoricien de l'école néo-classique, premier représentant de l'« école de Cambridge », apparaît comme le trait d'union entre l'économie politique classique (Smith, Ricardo et J. S. Mill) et l'économie contemporaine ; en outre, c'est auprès de Marshall que Keynes commença sa carrière. La diversité de sa formation (après des études de mathématique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-marshall/#i_29484

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Sébastien LENFANT, « PRINCIPES D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Alfred Marshall - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/principes-d-economie-politique/