PRIMEVÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Herbe à la paralysie », « herbe de Saint-Pierre », la primevère officinale (Primula veris L. ; primulacées) a connu de nombreux usages en médecine ancienne, du Moyen Âge au xviiie siècle, où on la prescrivait encore dans certains troubles nerveux, la paralysie et le bégaiement. La tige souterraine (rhizome) de la primevère officinale (à laquelle on peut substituer celles de la primevère élevée, P. elatior Schreb., et de la primevère à grandes fleurs, P. vulgaris Huds.), principale partie employée, contient 5 à 10 p. 100 de saponine, un peu d'huile essentielle à odeur d'anis, de composition complexe, dérivant sous l'action d'un ferment de deux hétérosides, le primevéroside et le primulavéroside. Les fleurs renferment aussi un peu d'essence, les feuilles une saponine et, d'après certains chercheurs, jusqu'à 0,45 p. 100 de vitamine C. Le rhizome de primevère accroît les sécrétions salivaires et bronchiques, favorise l'expectoration et la diurèse. Il s'indique utilement dans la bronchite, la pneumonie, la coqueluche et la grippe (décoction : 20-30 g/l ; 3 tasses par jour). L'infusion à 3 p. 100 des fleurs est calmante et antinévralgique (migraines d'origine nerveuse, sommeil agité des enfants nerveux). Dans l'usage externe, grâce à ses saponines, le rhizome est puissamment hémolytique et très efficace en compresses de décoction à 10 p. 100 sur contusions et ecchymoses. Les fleurs sèches donnent, en infusion légère, un « thé » agréable. Fraîches, elles peuvent décorer les salades, où les très jeunes feuilles ont aussi leur place du fait de leur richesse en vitamine C.

—  Pierre LIEUTAGHI

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRIMEVÈRE  » est également traité dans :

PRIMULALES

  • Écrit par 
  • André LAWALRÉE
  •  • 1 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Primulacées »  : […] Les Primulacées ne comptent que 28 genres et 800 espèces. Cette famille presque cosmopolite est beaucoup mieux connue que celle des Myrsinacées et a été divisée en 5 tribus. On connaît des Primulacées fossiles dès l'Éocène. Les feuilles sont alternes, opposées ou verticillées, ou toutes en rosette basilaire, simples, généralement entières, mais profondément divisées chez les Hottonia . Les fleurs […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « PRIMEVÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/primevere/