PRESTIDIGITATION & ILLUSIONNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les illusionnistes ont été sans nul doute parmi les tout premiers rationalistes. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ils sont les adversaires déclarés de la magie, celle qui prétend user de lois antinaturelles, surnaturelles. Tout ce que le prestidigitateur accomplit dépend de lui seul. « Il est le seul acteur, le seul artiste qui, secrètement sans doute, mais de façon essentielle, fasse reposer au maximum l'exercice de son talent sur les découvertes de la science » (Jehangir Shahpurji Bhownagary, « L'illusionnisme ou magie blanche », in Jeux et Sports, Encyclopédie de la Pléiade, 1967). À chaque grande époque de progrès correspond donc une période de technique de prestidigitation.

On se bornera ici à indiquer quelques-unes des qualités que requiert la pratique de l'illusionnisme, cela après en avoir marqué quelques jalons historiques. Les trucages optiques, hydrauliques et acoustiques des prêtres de l'ancienne Égypte étaient destinés à provoquer des apparitions, à faire saigner des pierres, à faire parler des oracles ; ces trucages étaient donc au service de la religion et du pouvoir. La Grèce et Rome connurent bien avant l'ère chrétienne le jeu des gobelets, les avaleurs de sabres, les ventriloques, les mangeurs de feu. Trois prestidigitateurs grecs eurent même droit à une statue (Théodore, Euclide et Xénophon). Le tour des gobelets, dans lequel l'escamot (du vieux français qui signifiait balle de liège : d'où le nom d'escamoteur) passe d'un gobelet à l'autre, se multiplie ou disparaît totalement, est encore l'une des manipulations fondamentales de l'apprenti prestidigitateur ; quand il est bien fait, même devant un public de professionnels, personne ne voit comment cela se passe (même si l'on sait comment cela se fait). Tout est ici affaire de dextérité, donc d'entraînement. Après les jongleurs du Moyen Âge apparaît aux xve et xvie siècles le prestigior. C'est d'ailleurs par l'altération fantaisiste de ce terme que Jules de Rovère, en 1815, créa le néologisme de « presti-digita-teur », qui évoque des doigts prestigieux. En ce qui concerne l'histoire de l'i [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  PRESTIDIGITATION & ILLUSIONNISME  » est également traité dans :

PARAPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marcel BLANC
  •  • 3 939 mots

Dans le chapitre « L'intervention des « sceptiques » »  : […] La parapsychologie, qui à la fois est très en vogue auprès du public des années 1970 et reste en marge de la science officielle, a bénéficié du soutien de nombreux scientifiques renommés tels sir John Eccles (neurophysiologiste, prix Nobel), Margaret Mead (anthropologue), Costa de Beauregard (physicien). Des organismes officiels, comme la National Aeronautics and Space Administration (N.A.S.A.), o […] Lire la suite

ROBERT-HOUDIN JEAN EUGÈNE (1805-1871)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 285 mots

Prestidigitateur considéré comme le père de la magie moderne en raison de ses innovations et des améliorations qu'il apporte aux instruments et aux procédés de la magie. Il établit en outre une classification systématique de tous les tours de magie connus de son temps. Premier prestidigitateur à utiliser l'électricité, il améliore également la méthode de signalement utilisée dans les tours de tran […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « PRESTIDIGITATION & ILLUSIONNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prestidigitation-et-illusionnisme/