PONTS CONTINENTAUX, biogéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Communications intercontinentales hypothétiques invoquées par les paléogéographes et les géologues pour expliquer les analogies anciennes ou actuelles entre les faunes de continents aujourd'hui isolés. On distingue deux groupes de ponts continentaux : les uns se situeraient sur l'emplacement de mers épicontinentales, peu profondes ; les autres joindraient des continents actuellement séparés par de grands fonds océaniques, ce qui pose de nombreux problèmes relatifs à la tectonique générale du globe. On peut citer trois ponts de ce deuxième groupe : le pont Méso-Pacifique aurait joint le sud de l'Asie, la Polynésie et l'Amérique tropicale au cours du Nummulitique (début du Tertiaire) ; l'Archatlantis aurait relié les Antilles à la région méditerranéenne occidentale pendant l'Éocène ; pour expliquer la présence des lémuriens à Madagascar et en Inde, on créait la Lémurie qui mettait en communication ces deux territoires. La réalité de ces ponts n'est plus guère défendue à l'heure actuelle ; il se peut néanmoins que les chaînes d'îles qui jalonnent aujourd'hui leur trajet supposé aient pu avoir jadis une étendue plus grande.

Au contraire, les ponts ayant occupé l'emplacement de mers épicontinentales sont nombreux et faciles à expliquer : régression marine intervenue au cours d'une période glaciaire, par exemple. C'est ainsi que le détroit de Béring fut un isthme entre le continent asiatique et l'Amérique du Nord pendant de longues périodes. L'isthme de Panamá est un « pont actuel » jeté sur la mer qui avait séparé les deux Amériques au cours du Tertiaire.

Les ponts terrestres permettent la dissémination des animaux dans les deux directions, tout en favorisant la dispersion de faunes équilibrées vers les aires inoccupées ; ils tendent en outre à maintenir des faunes complètes et équilibrées sur les deux territoires ; ils jouent aussi un rôle spécifique car leur action de filtrage est forte. L'exemple de l'isthme de Panamá en est une bonne i [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PONTS CONTINENTAUX, biogéographie  » est également traité dans :

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents-en-bref/#i_40505

Pour citer l’article

Agnès BEAUGRAND, « PONTS CONTINENTAUX, biogéographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ponts-continentaux-biogeographie/