POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La police de Napoléon (1800-1815)

On relativise aujourd'hui les innovations de la police à l'époque napoléonienne, tout comme l'image d'une police toute-puissante et omnisciente, créée par les policiers eux-mêmes. La police de Napoléon est en effet une construction évolutive, qui connaît une phase particulièrement instable d'expérimentations de 1799 à 1804, pour s'adapter à la construction impériale et à son expansion en Europe continentale.

Au sommet se trouve toujours le ministère de la Police générale, dont le titulaire Joseph Fouché (nommé en juillet 1799) est maintenu après le coup d'État du 18-Brumaire, jusqu'en 1802 quand la paix d'Amiens signée avec l'Angleterre entraîne la suppression du ministère. La police relèvera désormais du ministère de la Justice. Avec la reprise de la guerre et des complots chouans, l'autonomie excessive prise par les différents responsables policiers (préfecture de police, gendarmerie, police secrète) qui rend nécessaire une coordination, le ministère est rétabli en juillet 1804 avec Fouché à sa tête. Plus tard disgracié, celui-ci est remplacé en 1810 par Anne Jean Marie René Savary, général de la gendarmerie d'élite, tout dévoué à Napoléon, qui conserve son poste jusqu'à la chute de l'Empire.

Fouché réorganise puissamment le ministère pour l'adapter à la réalité impériale. En 1804, le territoire national est divisé en arrondissements de police générale, confiés à des conseillers d'État, sous l'autorité du ministre : l'Ouest, le Nord et l'Est pour Pierre-François Réal ; le Midi pour Joseph Pelet de la Lozère ; enfin Paris, sous la tutelle du préfet de police Louis Nicolas Dubois. Un quatrième arrondissement existe brièvement de 1804 à 1806, finalement partagé entre les deux premiers. Il est recréé en 1809, mais englobant cette fois les départements italiens, et est confié au maître des requêtes Jules Jean-Baptiste Anglès.

Bonaparte crée également la Préfecture de police à Paris en février 1800, laquelle remplace le Bureau central, mais ne s'en distingue que par son responsab [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire moderne à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Vincent DENIS, « POLICE SOUS LA RÉVOLUTION ET L'EMPIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/police-sous-la-revolution-et-l-empire/