TACCA PIETRO (1577-1640)

Sculpteur et fondeur de bronze formé par Jean Bologne (Giambologna), à qui il succédera en 1609 comme sculpteur du grand-duc de Toscane. C'est ainsi qu'il est amené à terminer les statues colossales de Ferdinand Ier et de Cosme Ier pour la chapelle des Princes à Florence et celle de Henri IV que Marie de Médicis avait commandée pour le Pont-Neuf à Paris. On lui doit aussi la base du monument de Ferdinand Ier à Livourne (1617) ; les quatre esclaves qui cantonnent ce monument ont été exécutés un peu plus tard (1623 et 1625). Il reçoit des commandes de statues pour San Lorenzo à Florence. C'est là, en particulier, qu'on conserve un buste de saint Laurent en cire colorée, technique dont il s'était fait une spécialité. Il exécute, pour la Santissima Annunziata, des statues d'évangélistes et les deux fontaines qui décorent la place de l'église. Il réalise les monuments équestres de Philippe III (1606-1613) et de Philippe IV d'Espagne, qui sera placée à Madrid sur la place d'Orient (1634-1640) quelques mois avant sa mort. Cette statue équestre gigantesque (quatre fois plus grande que nature) résout le problème difficile du cavalier montant un cheval cabré, problème déjà posé par Léonard de Vinci dans ses esquisses pour le monument de Ludovico Sforza. Ici, la masse de bronze repose sur trois points d'appui, les jambes arrière du cheval et sa queue.

Pietro Tacca cherche dans toutes ses œuvres à représenter le mouvement, dans la tradition de Michel-Ange et de son maître Jean Bologne, dont il conservera fidèlement le style jusqu'au milieu du xviie siècle. Il a formé un certain nombre d'élèves, dont Bartolommeo Cennini, Francesco Maria Bandini, et son fils Ferdinand qui collabore avec lui, mais se spécialise dans les décors de fêtes et dans les machines.

—  Renée PLOUIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « TACCA PIETRO - (1577-1640) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-tacca/