BOTHA PIETER WILLEM (1916-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique sud-africain, né le 12 janvier 1916 à Paul Roux, État libre d'Orange, mort le 31 octobre 2006, à Wilderness, près de George, Cap-Occidental.

Pieter Willem Botha étudie le droit (1932-1935) à Bloemfontein, à l'université de l'État libre d'Orange, qu'il quitte sans diplôme. Entré en politique dès l'adolescence, il part à vingt ans s'installer dans la province du Cap pour travailler à plein temps à l'organisation du Parti national (N.P.) relancé par Daniel Malan après sa rupture avec James Hertzog. Il est élu député à George, en 1948, lors la victoire électorale du N.P. allié au Parti afrikaner. À partir de 1958, il est présent dans les gouvernements de Hendrik Verwoerd puis de John Vorster, prenant en charge notamment le portefeuille de la Défense de 1966 à 1980. Il est à ce titre l'un des promoteurs de l'expédition militaire en Angola lancée en 1975 contre le régime marxiste du M.P.L.A., et c'est sous sa direction que l'Afrique du Sud met en œuvre un programme nucléaire civil et militaire.

En 1978, il succède à Vorster au poste de Premier ministre. Nationaliste afrikaner et anti-communiste convaincu, Pieter Botha est aussi le dirigeant pragmatique – en dépit d'une apparence rigide – d'un pays diplomatiquement isolé, entouré de gouvernements noirs et qui refuse de renoncer au Sud-Ouest africain (auj. Namibie). Avec lui commence – à petits pas – l'entrée de l'Afrique du Sud dans l'ère de l'après-apartheid. Ses réformes en la matière, comme sa politique d'octroi de « l'indépendance » à plusieurs homelands noirs, et une nouvelle Constitution (1983) accordant des pouvoirs très limités aux Asiatiques et aux « Coloureds » (métis de diverses origines), mais rien aux Noirs, tendent aussi à apaiser l'opinion publique internationale tout en divisant l'opposition nationale non-blanche. Ces initiatives provoquent les protestations de nombreux membres du N.P., qui, en 1982, s'en vont former le Parti conservateur.

Pieter Botha devient président de la République en 1984, élu par le Parlement tricaméral instauré par la nouvelle Constitution qui a également supprimé le poste de Premier ministre. Il tombe malade en 1989 et démissionne de son poste de chef du N.P., avant de renoncer à la présidence plus tard dans l'année, confronté à l'opposition de son propre gouvernement. En 1997, son refus de paraître devant la Commission Vérité et Réconciliation lui vaut une une condamnation avec sursis, annulée en appel.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BOTHA PIETER WILLEM (1916-2006)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les impossibles réformes et la montée des contestations »  : […] La réforme constitutionnelle de 1983 crée un Parlement à trois chambres associant les Coloured et les Indiens au pouvoir, tout en maintenant le principe de l'exclusion des Noirs de la vie politique nationale. Elle conduit à une mobilisation sociale d'une ampleur considérable, exprimée par la création du Front démocratique uni (U.D.F.), organisation multiraciale regroupant de multiples mouvements s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_89532

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 031 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les années 1980 :vers la fin de l'apartheid » »  : […] C'est au tournant de la décennie 1980 et sous l'impulsion de P. W. Botha – qui fut successivement, entre 1978 et 1989, Premier ministre du président Vorster puis lui-même président de la République sud-africaine – que s'est amorcée très progressivement la période de l'après-apartheid. En août 1979, P. W. Botha avait alerté une première fois l'opinion en présentant sa stratégie axée autour de « dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apartheid/#i_89532

APARTHEID - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 356 mots

Mai 1948 Vainqueur des élections, le Parti national de Daniel F. Malan, héritier du « Parti nationaliste purifié » fondé en 1930, entreprend une politique de ségrégation raciale systématique. 1949 Une loi interdit les mariages entre Blancs et non-Blancs. 1950 Le Population Registration Act classifie la population sud-africaine en quatre groupes (Européens, Bantous, Métis et Asiatiques). Le Grou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apartheid-reperes-chronologiques/#i_89532

DE KLERK FREDERIK WILLEM (1936- )

  • Écrit par 
  • Benoît DUPIN
  •  • 714 mots
  •  • 2 médias

Homme politique sud-africain, président de la République de 1989 à 1994. Frederik De Klerk est né le 18 mars 1936 à Johannesburg dans une famille afrikaner marquée par l'ultra-conservatisme d'une petite Église réformée – la Dopper Kerk. Comme son père, Jan, qui occupa plusieurs postes de ministre entre 1954 et 1968, F. W. De Klerk fut formé dans un des bastions de l'enseignement afrikaans : l'uni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederik-willem-de-klerk/#i_89532

NAMIBIE

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Reginald H. GREEN
  • , Universalis
  •  • 7 131 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Négociations et tractations en vue de l'indépendance »  : […] L'échec définitif d'un règlement judiciaire conduit naturellement à une relance politique de ce qui devient désormais l'« affaire » de Namibie, c'est-à-dire un problème typiquement colonial qu'il faut résoudre à tout prix, y compris, si c'est nécessaire, par la force. Les premières discussions sur une éventuelle indépendance en 1970 tournent court. C'est à partir de 1976 que s'opère un début de cl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/namibie/#i_89532

SMUTS JAN (1870-1950)

  • Écrit par 
  • Leopold MARQUARD
  • , Universalis
  •  • 791 mots

Maréchal et homme politique sud-africain né le 24 mai 1870 à Bovenplaats, dans la colonie du Cap (auj. en Afrique du Sud), mort le 11 septembre 1950 à Irene, près de Pretoria. Né dans une famille de calvinistes néerlandais, Jan Christiaan Smuts étudie les sciences et les arts à l'université de Stellenbosch. En 1891, il obtient une bourse pour suivre un cursus de droit au Christ's College à Cambrid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-smuts/#i_89532

Les derniers événements

9-15 mars 1989 • Afrique du SudLe président Pieter Botha désavoué par son parti.

Le 9, Pieter Botha, qui avait annoncé, le 2 février, sa démission de chef du Parti national, la formation au pouvoir depuis 1948, en raison de la congestion cérébrale qui l'avait frappé le 18 janvier, décide de reprendre ses fonctions plus tôt que prévu. En effet, une crise politique l'oppose [...] Lire la suite

30-31 juillet 1982 • Afrique du SudProjets de réformes constitutionnelles

Le 30, à Bloemfontein, devant le congrès fédéral du parti nationaliste, le Premier ministre Pieter Willem Botha expose ses projets de réformes : d'ici à quelques mois, les Indiens et les métis éliront leurs propres députés qui géreront les problèmes des groupes ethniques dont ils seront les élus [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« BOTHA PIETER WILLEM - (1916-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-willem-botha/