MARIE PIERRE (1853-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Neurologue français, qui aborde la médecine après des études de droit. Il devient interne des hôpitaux en 1878 ; son maître Charcot fait de lui son chef de clinique et de laboratoire ainsi que son secrétaire. Agrégé de la faculté de Paris (1889), Pierre Marie crée à l'hospice de Bicêtre le service de neurologie qu'il rendra célèbre. En 1907, il succède à Charcot dans la chaire d'anatomie pathologique, qu'il transmettra plus tard à son élève Gustave Roussy, et rénove les méthodes d'enseignement de cette discipline jusqu'alors peu appréciée des élèves. En 1918, il occupe, après Déjerine, la chaire de clinique neurologique de la Salpêtrière et illustre ses cours par la projection des milliers de photographies de ses malades de Bicêtre. En 1925, il quitte discrètement son service et son enseignement après avoir formé des étudiants venus du monde entier.

Son œuvre couvre tout le domaine neurologique, qu'il a enrichi à l'aide d'une méthode scientifique rigoureuse. En 1886, il décrit, avec son maître, l'amyotrophie type Charcot-Marie ; la même année, il individualise l'acromégalie, puis, plus tard, l'ostéo-arthropathie hypertrophiante pneumique (1890), l'hérédo-ataxie cérébelleuse (1893), la dysostose cléido-crânienne héréditaire (1897) et la spondylose rhizomélique (1898). Il révise les notions établies par Broca sur l'aphasie et publie, en 1906, trois articles qui ont un retentissement mondial. Contesté par Déjerine et par Grasset, il assiste aux trois séances consacrées, en 1908, par la Société de neurologie aux problèmes de l'aphasie, et ce sont ses thèses qui sont adoptées. Il a démontré l'origine infectieuse de certaines maladies du système nerveux (sclérose en plaques, épilepsie, hémiplégie, paralysie infantile) et fut aussi l'un des premiers à décrire la pathologie olivaire. Il a publié notamment Leçons sur les maladies de la moelle épinière (1892), Leçons de clinique médicale (1896) et fondé la Revue neurologique.

—  Jacqueline BROSSOLLET

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARIE PIERRE (1853-1940)  » est également traité dans :

ENDOCRINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT
  •  • 3 846 mots

Dans le chapitre « L'œuvre anatomoclinique »  : […] Avant même l'identification des hormones et leur étude expérimentale, l'application de la méthode anatomoclinique, instituée par Laënnec, devait permettre aux médecins ou chirurgiens de faire entrevoir le rôle des glandes à sécrétion interne, en confrontant leurs altérations, révélées par l'autopsie, avec les symptômes présentés par les malades. Ainsi furent tour à tour décrits : la maladie de Bas […] Lire la suite

Les derniers événements

6-13 décembre 2015 France. Fort progrès du Front national aux élections régionales.

Marie-Jeanne (Mouvement indépendantiste martiniquais) au conseil exécutif, et en Guyane avec Rodolphe Alexandre (divers gauche).  […] Lire la suite

20 juin 2010 France. Pierre Laurent élu secrétaire national du Parti communiste

Pierre Laurent, ancien directeur de L'Humanité et coordinateur de la direction collégiale, au poste de secrétaire national, en remplacement de Marie-George Buffet.  […] Lire la suite

23 juin 2009 France. Important remaniement ministériel

Alliot-Marie se voit confier le ministère de la Justice; elle est remplacée à l'Intérieur par Brice Hortefeux, qui est lui-même remplacé au Travail par Xavier Darcos, auquel Luc Chatel succède à l'Éducation nationale. Bruno Le Maire devient ministre de l'Agriculture et est remplacé au secrétariat d'État aux Affaires européennes par Pierre Lellouche […] Lire la suite

2-29 mai 2007 France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement

Jean-Pierre Raffarin, est, selon les attentes, nommé Premier ministre. Le 18, le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, rend publique la composition du nouveau gouvernement. Constitué de quinze ministres et quatre secrétaires d'État, celui-ci se distingue par 'une tendance à la parité (sept femmes ministres) et l'ouverture à des personnalités […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « MARIE PIERRE - (1853-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-marie/