LAMOUR PHILIPPE (1903-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philippe Lamour naît le 12 février 1903 à Landrecies, dans le Nord, d'un père agriculteur et artisan brasseur. Après de brillantes études de droit, à Paris, il participe très jeune aux mouvements d'idées qui foisonnent dans les domaines des lettres, de la musique, du cinéma, de l'architecture. En 1930, il fonde avec Jeanne Walter (dont il épousera la fille Geneviève) la revue Plans, où se retrouvent les signatures de Giono, d'Honegger, de Léger et de Dufy, de Clair et de Cayatte, de Le Corbusier... Cette publication jouit rapidement d'une notoriété internationale. Parallèlement, depuis l'âge de dix-neuf ans, il a entrepris une carrière d'avocat. À trente ans, il est déjà célèbre, ayant plaidé notamment dans l'affaire Seznec et l'affaire Stavisky.

Lecteur lucide de Mein Kampf, témoin engagé de la guerre d'Espagne comme conseiller du gouvernement républicain, il multiplie en vain les avertissements dans un univers politique paralysé. La vengeance de la Gestapo lui interdira, après sa démobilisation en 1940, de rentrer à Paris. Pour assurer la subsistance de sa famille, il remet en état une propriété abandonnée, en Auvergne, avant d'acquérir le mas de Bellegarde, dans le Gard, où il vivra jusqu'à sa mort.

Après la Libération, il se lance dans l'action professionnelle. C'est sous son impulsion que naît la Confédération générale de l'agriculture, dont il devient le secrétaire général. Il s'agit alors de redonner à l'agriculture française et à ses organisations syndicales, financières et mutualistes une structure cohérente et représentative. À cette époque, les moyens de production sont détruits, et les restrictions alimentaires frappent encore durement la population. Il s'attache, en collaboration étroite avec le ministre de l'Agriculture, Tanguy Prigent, à obtenir, dans le cadre du plan Marshall, les indispensables dotations en matériel, engrais et semences. Son action est déterminante. L'agriculture française entre de plain-pied dans l'ère moderne. Dans le même temps, Jean Monnet, chargé par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : préfet de région honoraire, président honoraire de la S.N.C.F., président de l'office du tourisme de Paris

Classification

Pour citer l’article

Jacques PELISSIER, « LAMOUR PHILIPPE - (1903-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-lamour/